Restauration d’un chemin de croix

Les stations de chemin de croix sont la plupart du temps fixées au mur par l’intermédiaire de fils de fer ou de laiton pris dans le plâtre. Mais les attaches en acier rouillent et il arrive que les stations tombent et se brisent… Un tel accident peut être l’occasion de faire restaurer l’ensemble du chemin de croix et de remplacer toutes les fixations par un matériau inoxydable.

Le chemin de croix en plâtre polychromé que je présente ici est conservé dans une église paroissiale et il présente la particularité de porter sur chaque station le nom des donateurs qui se sont cotisés pour l’acquérir : familles, “jeunes garçons de la paroisse”, abbés… Ces inscriptions font du chemin de croix un ensemble “unique”, étroitement attaché à la paroisse.

J’ai découvert une signature sur l’une des stations au cours de la restauration. Il me semble qu’on lit “Lena”, mais ce fabricant m’est encore inconnu :

La cinquième station du chemin de croix, intitulée “Jésus aidé par Simon”, était brisée en de nombreux morceaux. Déjà fracturée et restaurée une première fois par le passé, elle avait fait l’objet de collages créant des décalages entre les fragments, de doublages rudimentaires avec des morceaux de toile cirée, de bouchages grossiers et de retouches débordantes. La nouvelle restauration a nécessité de reprendre ces interventions gênantes et inesthétiques.

Les bandes de toile cirée ont été éliminées, les plans de cassure et le revers débarrassés des restes d’adhésif. De nouveaux collages ont été réalisés, consolidés par endroits avec des goujons en fibres de verre. Les manques de matière ont été comblés et retouchés. Les anciennes retouches colorées ont également été retirées parce qu’elles débordaient largement sur la polychromie.

Citer ce billet : Pauline Carminati, « Restauration d’un chemin de croix », Raffl & Cie [en ligne], 09/10/2017. URL : https://raffl.hypotheses.org/900, consulté le 25/06/2022.