Enquête sur la vie et l’œuvre du sculpteur Aristide Belloc

Parmi le corpus de Vierges colossales étudié par Bénédicte Renaud-Morand dans son article « Un motif paysager récurrent : les statues de Vierges colossales sur promontoire rocheux »1, figure en bonne place la statue réalisée par Aristide Belloc pour Monton. J’avais déjà rencontré le nom de ce sculpteur au cours de mes recherches sur les statues de Notre-Dame de Lourdes et cet article m’a donné envie d’en savoir plus sur son parcours et ses réalisations, en particulier religieuses. Ce début d’enquête dévoile un artiste à la carrière discrète, essentiellement provinciale, sur lequel les sources sont rares. Retracer son parcours est d’autant plus difficile qu’il a vécu dans plusieurs villes et que son nom disparaît derrière celui d’homonymes plus connus, tels que Jean-Hilaire et ses filles Jeanne et Louise, peintres, Jean-Baptiste, sculpteur, ou encore Auguste, photographe.

Une biographie lacunaire

D’après la notice que lui consacre Émilien Maillard dans son ouvrage L’art à Nantes au XIXe siècle, paru en 18882, Aristide Belloc serait né à Nantes en août 1827. Il était encore vivant en 1888 et serait décédé « vers 1913 » selon la base Palissy. Toutefois les statues qui peuvent lui être attribuées avec certitude ne sont pas postérieures aux années 1870. Sur son activité de sculpteur, la notice de Maillard, très succincte, donne peu d’informations précises :

Tandis que Maillard le dit « élève de Suc et de Grootaers », sculpteurs nantais célèbres dans la première moitié du XIXe siècle, un article du Monde illustré daté de 1866 indique que Belloc serait « élève de Reide ». La notice3 rédigée en 1995 par le service de l’Inventaire affirme quant à elle que le sculpteur était « élève d’Antonin Mercié » mais il y a ici confusion avec Jean-Baptiste Belloc. A l’exception des deux premières mentions contradictoires – ou complémentaires –, je n’ai rien retrouvé sur la formation et les débuts nantais de Belloc. Sa carrière de sculpteur semble réellement débuter dans les années 1850 à Bordeaux.

Les années bordelaises

Belloc est présent dans cette ville en 1854, au moment de la 4e Exposition publique des artistes vivants, et est alors considéré comme l’un des seuls « sculpteurs vraiment bordelais » de l’exposition, ce qui semble indiquer qu’il y vit depuis un certain temps déjà. Il expose « une Vierge moyen-âge, une esquisse et une statuette ». En 1856 il est installé au n°30 de la petite rue Pont-Long. Il réalise en 1857 un autel en marbre pour l’église d’Ambarès-et-Lagrave en Gironde, et l’année suivante un Christ en croix en bois pour l’église de Barret en Charente4. En 1858 il participe à l’Exposition des Beaux-Arts et de l’Industrie à Toulouse, où il obtient une médaille d’argent de 1re classe. La Ville de Toulouse lui achète à cette occasion une tête de Grisette bordelaise. En avril 1859, il présente plusieurs plâtres dans le cadre de la 8e exposition de la Société des Amis des Arts de Bordeaux : des portraits en buste et un Groupe de gitanos, qui lui valent des éloges de la part de plusieurs critiques bordelais. L’un de ces portraits en particulier, celui d’une chanteuse, avait été remarqué l’année précédente :

Lors de l’Exposition générale de la Société Philomathique de Bordeaux en 1859, il expose une tête colossale de Judith (dont Maillard indique en 1888 qu’elle décore l’escalier de l’Hôtel de Ville de Nantes) et un « gigantesque bouquet » (le Bouquet sculpté sur plâtre cité par Maillard) qui est acheté par Napoléon III « pour décorer quelque salle de palais impérial ». La même année, Belloc réalise quatre statuettes représentant les Saisons, ainsi qu’une allégorie de l’Industrie. De cette époque datent probablement les Deux renommées tenant les armes de la Ville citées par Maillard et qui selon lui décoraient le grand théâtre de Bordeaux.

Un passage à Perpignan ?

Le sculpteur semble quitter Bordeaux au début des années 1860. D’après Maillard, il s’installe ensuite à Perpignan. Si la ville de Perpignan conserve la mémoire de Jean-Baptiste Belloc, sculpteur originaire de la région, en revanche Aristide paraît avoir laissé peu de traces. Seul un buste en terre cuite de Paysan catalan, donné par l’artiste au Musée Rigaud5, témoigne d’un lien entre Aristide Belloc et Perpignan6 :

Paysan catalan (c) musée Rigaud, Perpignan

Des projets monumentaux

Durant les années 1860, Belloc réalise plusieurs monuments funéraires mais il se distingue principalement par de grands projets de sculpture religieuse. Il est notamment l’auteur oublié du fronton de la cathédrale de Saint-Denis, sur l’île de la Réunion, représentant La Décapitation de Saint-Denis. Ce relief monumental en terre cuite, mis en place en 1863, est aujourd’hui attribué à la manufacture Virebent de Toulouse7, mais c’est Belloc qui serait l’auteur du modèle d’après l’article du Monde illustré cité précédemment. La manufacture Virebent a donc peut-être uniquement réalisé l’épreuve en terre cuite. Fin 1864, il est retenu pour réaliser une statue monumentale de la Vierge à l’Enfant pour la commune de Monton, près de Clermont-Ferrand8. La statue est achevée en 1869. Le journal L’Univers, annonçant l’inauguration prochaine du monument, la décrit ainsi :

En 1866, le journal Le Monde illustré rendait compte de ce projet en cours de réalisation et publiait une gravure montrant le sculpteur au pied de son modèle :

On apprend dans le même article que Belloc travaillait à une seconde sculpture monumentale de la Vierge Marie pour la commune de Bissy, près de Chambéry, et qu’il avait été médaillé l’année précédente pour un Jérémie9. Je n’ai cependant trouvé aucune trace de cette autre Vierge colossale, ni de celle « de grandeur héroïque » mentionnée par Maillard dans un couvent près d’Agen.

Les œuvres religieuses des années 1870

Dans les années 1870, Belloc est installé à Niort. Il réalise en 1874 deux portraits en masque de M. et Mme Fairan, aujourd’hui conservés au musée Sainte-Croix à Poitiers. Il crée également plusieurs modèles religieux destinés à l’édition, notamment un modèle de Notre-Dame de Lourdes en 1874, un modèle de saint évêque en 1877 et un modèle de saint Michel en 1878. Ils sont édités en plâtre par Vidiani, mouleur à Niort, par Piacentini, à Vannes, ou encore par Pieraccini à Tours.

Saint Léger, église de Vicq-sur-Gartempe (c) Inventaire Région Poitou-Charentes

A la même époque, il réalise un ensemble de statues en pierre calcaire pour l’église de Vouneuil-sous-Biard, près de Poitiers : un groupe représentant l’apparition de La Salette, un Sacré-Coeur et un saint Michel. En 1877, il sculpte, également en pierre, la figure de Job pour une église des environs de Louisfert, en Loire-Atlantique10, et il exécute deux autels pour l’église de Lesperon, dans les Landes :

Saint Job, Louisfert (c) caporne61.over-blog.com

Autel de saint Michel, église de Lesperon (c) Inventaire Région Aquitaine

Belloc semble avoir ensuite quitté Niort car à la fin des années 1880, Maillard le dit dans un département de la frontière espagnole. Toutefois je perds sa trace après 1878 et ces travaux sont les derniers que j’ai recensés.

Monuments funéraires, portraits, figures allégoriques, autels, statues religieuses, les réalisations d’Aristide Belloc ont été variées et dépassent le seul domaine de la sculpture religieuse. Celui-ci semble néanmoins avoir représenté une part importante de son activité, reflet d’un marché dynamique, auquel Belloc a participé par la création de sculptures « uniques » aussi bien que de modèles destinés à une production en série. Cette enquête éclaire en particulier le profil d’un de ces nombreux sculpteurs qui ont travaillé pour les éditeurs de statues religieuses. Le parcours de Belloc atteste que, dans son cas, cette collaboration s’intégrait parmi bien d’autres activités et qu’un sculpteur pouvait à la fois répondre à des commandes traditionnelles et travailler ponctuellement pour des éditeurs.

Citer ce billet : Pauline Carminati, « Enquête sur la vie et l’œuvre du sculpteur Aristide Belloc », Raffl & Cie [en ligne], 08/08/2017. URL : https://raffl.hypotheses.org/810, consulté le 11/12/2017.

 

  1. Renaud-Morand Bénédicte. « Un motif paysager récurrent : les statues de Vierges colossales sur promontoire rocheux ».  Les carnets de l’Inventaire : études sur le patrimoine – Région Auvergne-Rhône-Alpes [en ligne], 20 février 2017. URL : https://inventaire-rra.hypotheses.org/4174 []
  2. Notice reprise par Stanislas Lami dans son Dictionnaire des sculpteurs de l’École française au XIXe siècle. []
  3. Base Palissy. Voir par exemple cette notice. []
  4. D’après la base Palissy. []
  5. Ce don est antérieur à 1884 car il est mentionné dans le Catalogue raisonné des objets d’art et d’archéologie du musée de Perpignan de Crouchandeu. []
  6. Seule la tête de ce buste semble aujourd’hui conservée. Cf « Belloc Aristide, un paysan catalan, musée Rigaud, Perpignan », publié le 20 juillet 2017 par Laurent Fonquernie sur le site de l’Institut du Grenat, URL : http://www.institutdugrenat.com/2017/07/belloc-aristide-un-paysan-catalan-musee-rigaud-perpignan/. []
  7. Par exemple sur le site Structurae. []
  8. D’après le site internet http://www.notredamedemonton.fr/. []
  9. Probablement la « médaille au Salon de Paris » que Maillard date quant à lui de 1855. []
  10. Cette sculpture est aujourd’hui intégrée au calvaire de l’abbé Cotteux à Louisfert. []