Le Paradis en boutique

J’ai le plaisir d’annoncer la parution du livre issu de ma thèse, soutenue en 2020 à l’École pratique des hautes études.

Il est publié par les Presses universitaires de Rennes dans la collection de la Société d’histoire religieuse de la France, avec le soutien de l’Institut universitaire de France, du Centre de recherches en histoire du XIXe siècle-UR 3550, et de l’équipe Histara (EPHE-PSL).

Résumé

Kitsch, industrielle, mièvre, sulpicienne… Autant de qualificatifs péjoratifs appliqués depuis longtemps à la statuaire religieuse d’édition du XIXe siècle, qui déterminent encore notre regard sur ce patrimoine. En grande partie conservés dans les lieux de culte, les témoignages matériels de cette production se dégradent bien souvent dans l’indifférence ou subissent des interventions de restauration inadaptées. Au-delà des a priori, l’ouvrage entreprend de sortir cette statuaire de l’impasse de la critique héritée de l’entre-deux-guerres pour la réinsérer dans le contexte professionnel, technique, artistique et spirituel qui l’a vue naître, et en renouveler la compréhension. À partir de l’étude d’un fabricant parisien emblématique, la maison Raffl, il s’attache à poser les jalons d’une histoire de l’édition de sculptures religieuses entre le Concordat et le concile Vatican II. De multiples angles d’analyse sont adoptés pour mieux documenter cette activité et apporter un nouvel éclairage sur les liens qui unissent son développement aux enjeux contemporains de l’Église catholique. L’ouvrage met en lumière ces relations complexes et montre l’évolution des regards que le catholicisme a portés sur cet art religieux moderne, exporté aux quatre coins du monde.

Sommaire

Préface, par Isabelle Saint-Martin

Introduction

I. Les prémisses d’une production de masse

I. 1. Moulage et édition de sculptures dans la première moitié du XIXe siècle

I. 2. La sculpture d’église, un marché en mutation

II. L’industrie de la statuaire religieuse

II. 1. De l’atelier à la manufacture

II. 2. La gestion d’un fonds de modèles

II. 3. La fabrication

II. 4. La commercialisation

III. Un instrument au service de l’Église

III. 1. Sous le signe de la Vierge

III. 2. Un “art ultramontain” ?

III. 3. La statuaire religieuse en guerre

III. 4. Le crépuscule des idoles

Conclusion

Postface, par Philippe Boutry

Télécharger la table des matières et l’introduction :



Citer ce billet
Pauline Carminati (2024, 27 janvier). Le Paradis en boutique. Raffl & Cie. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vor8

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search