Yvonne Parvillée, sculptrice de l’entre-deux-guerres

J’ai déjà présenté dans un précédent billet l’une de mes modestes acquisitions de chercheuse : les archives de madame Hérard, marchande d’ornements d’église à Metz, achetées pour les besoins de ma thèse. Cette fois, c’est une statuette qui a attiré mon attention au hasard de mes recherches sur internet. Il s’agit d’un exemplaire d’édition d’un modèle qui a connu un grand succès durant l’entre-deux-guerres : la Sainte Thérèse d’Yvonne Parvillée. A cette occasion, j’ai cherché à en savoir plus sur cette sculptrice méconnue.

Sainte Thérèse de Lisieux par Yvonne Parvillée, statuette en plâtre peint, 36 cm.

Parcours et formation

Yvonne Parvillée fait partie de ces artistes qui, dans le sillage de Maurice Denis et Georges Desvallières, se sont investis dans le renouveau de l’art religieux. Après une formation à l’École des Beaux-Arts de Paris dans l’atelier de sculpture pour les jeunes femmes dirigé par Laurent Marqueste1, elle commence à exposer au Salon dans les années 1920.

L’atelier de sculpture pour les femmes dirigé par Marqueste à l’École des Beaux-Arts, avant 1914 (source de l’image).

C’est en 1929, au Salon d’automne, qu’elle présente pour la première fois la statuette de Sainte Thérèse2. D’après le Bulletin religieux de l’archidiocèse de Rouen, cette œuvre inaugure un tournant dans sa vie et sa carrière. De confession protestante, Yvonne Parvillée se serait en effet convertie au catholicisme après l’avoir réalisée :

Une jeune protestante, Mlle Yvonne Parvillée, qui venait de faire une statue de Saint François d’Assise (les protestants l’aiment beaucoup, chacun le sait) eut l’inspiration d’en faire une autre de Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus. Elle lut sa vie et se mit ensuite à l’œuvre. Elle fit une belle chose. Or, pendant qu’elle sculptait avec amour, elle se sentait peu à peu attirée à la piété de son héroïne. Elle est catholique maintenant3.

Elle se consacre dès lors à l’art religieux et participe aux nombreuses expositions qui se multiplient dans toute la France pour promouvoir le travail des groupements d’artistes chrétiens : Ateliers d’art sacré, Arche, Artisans de l’autel, Atelier de Nazareth, etc. Yvonne Parvillée faisait partie de l’association des Catholiques des Beaux-Arts qui réunissait des élèves et anciens élèves de l’école et se définissait comme un “groupement corporatif, moral et religieux dont le but est la beauté”. Le catalogue de l’exposition L’art sacré au XXe siècle en France (1993) indique qu’elle appartenait également à l’Atelier de Nazareth, fondé en 1928.

L’édition des œuvres d’Yvonne Parvillée

Comme je l’ai montré lors du colloque sur les Ateliers d’art sacré, ces groupes d’artistes et leur entourage voyaient dans la reproduction en série un moyen de favoriser la rénovation de l’art chrétien. Yvonne Parvillée s’est elle aussi engagée dans la diffusion de ses œuvres au moyen de l’édition. Au commencement des années 1930, elle débute en effet une collaboration avec le sculpteur et éditeur Georges Serraz et rejoint son atelier rue de Vercingétorix4.

Publicité pour les Ateliers d’Art Georges Serraz, 1934 (© Gallica).

Georges Serraz fut l’un des principaux éditeurs de sculpture religieuse “moderne” de l’époque, concurrent de l’Art catholique dirigé par Louis Rouart. Il éditait ses propres œuvres, ainsi que celles d’Yvonne Parvillée. Durant les années 1930 et 1940, celle-ci a créé de nombreux modèles pour l’édition, comme par exemple ce Sacré-Cœur et ce Saint Joseph :

A gauche : Sacré-Cœur, église d’Isigny-le-Buat (© CAOA Manche). A droite : Saint Joseph, église de Charleville-Mézières (© Inventaire Champagne-Ardennes).

Son modèle de Sainte Thérèse semble avoir connu une large diffusion à la faveur du succès de cette nouvelle dévotion. On en trouve de nombreux exemplaires dans les églises de France, notamment dans l’église Sainte-Germaine à Cachan, où est également conservée une statue de son Saint Antoine de Padoue.

Publicité pour la statue de Sainte Thérèse d’Yvonne Parvillée, 1937 (© Gallica).

Statues de Sainte Thérèse et Saint Antoine de Padoue par Yvonne Parvillée, église Sainte-Germaine à Cachan (© Inventaire Ile de France).

Ma statuette comporte une inscription sous sa base qui la daterait de 1942. Elle présente l’intérêt d’être polychrome et de n’avoir jamais été repeinte ni restaurée. Malgré quelques lacunes et un empoussièrement général, je pense la conserver telle quelle car j’apprécie aussi ces traces qui témoignent de son histoire.

Citer ce billet : Pauline Carminati, « Yvonne Parvillée, sculptrice de l’entre-deux-guerres », Raffl & Cie [en ligne], 10/11/2020. URL : https://raffl.hypotheses.org/1446, consulté le 25/06/2022.

  1. Archives nationales, AJ-52-553, Répertoire alphabétique et chronologique des élèves. Sur l’enseignement de la sculpture aux femmes à la fin du XIXe siècle et au début du XXe, je renvoie aux travaux d’Eva Belgherbi : https://ghda.hypotheses.org/1091. []
  2. La Liberté, 3 novembre 1929. []
  3. Bulletin religieux de l’archidiocèse de Rouen, 20 septembre 1930. []
  4. Georges Serraz (1883-1964) était également peintre. Une exposition lui a été consacrée cette année au château Pertusier de Morteau. []