Les archives d’un marchand d’ornements d’église

Au XIXe siècle, l’acquisition de sculptures religieuses d’édition ne se faisait pas uniquement auprès des fabricants : une myriade de revendeurs répartis dans toute la France en commercialisaient également. Dénommés “marchands d’ornements d’église”, ils servaient d’intermédiaires entre les fabricants et les clients : curés, fabriques paroissiales ou particuliers.

Ces revendeurs étaient précieux pour les fabricants qui leur offraient des réductions attractives. Ils leur permettaient en effet d’étendre leur réseau et d’atteindre une clientèle réfractaire à la vente par correspondance.

Certains de ces marchands se proclamaient fabricants et il peut parfois être difficile de déterminer la nature exacte de leur activité (fabrication ou revente), d’autant plus qu’ils pouvaient faire apposer leur signature sur les statues qu’ils revendaient, effaçant parfois la signature du fabricant. C’est l’une des raisons pour lesquelles on rencontre par exemple des statues de la maison Raffl portant d’autres signatures que la sienne.

Mme Hérard, marchande d’ornements d’église à Metz

Pour en savoir plus sur ce type de commerçants et sur leurs relations avec leurs fournisseurs, j’ai eu l’occasion d’acquérir une partie des archives de l’un des revendeurs de la maison Raffl : Madame M. Hérard, établie 51 rue Serpenoise à Metz.

Mme Hérard semble avoir été en activité dans le dernier quart du XIXe siècle, après quoi son commerce a été repris par Michel Denis.

La boutique du 51 rue Serpenoise au début du XXe siècle (source de l’image).

Elle fournissait une large palette d’articles, de la statuaire au linge d’autel, à même de répondre à tous les besoins de la liturgie, de la dévotion et de la décoration d’église.

En-tête d’une facture de Mme Hérard. © P.Carminati

Vieux papiers, précieuses découvertes

Les archives de Mme Hérard sont composées de documents commerciaux qui lui ont été envoyés par ses fournisseurs : factures et lettres principalement, parfois accompagnées de photographies, de catalogues de vente ou d’échantillons. Ce sont des documents précieux pour renseigner les étapes d’une commande, les négociations entre client, revendeur et fabricant, les réductions consenties à ces marchands, et plus largement le fonctionnement de ce type de commerce spécialisé.

Évidemment, ces documents sont également très intéressants pour l’étude des fabricants eux-mêmes dont on peut suivre l’évolution des dénominations commerciales et des adresses grâce aux en-têtes de leurs courriers, préciser l’activité à une date donnée et mieux comprendre l’organisation interne.

Aperçu des archives de Mme Hérard. © T.Mansy

Du fait de la situation géographique de la Lorraine et de son annexion en 1871, Mme Hérard avait des fournisseurs à la fois français et allemands. Les archives dont j’ai connaissance se rapportent à trois catégories de fournisseurs : les fabricants de statues religieuses, les fabricants d’ornements liturgiques et les fabricants de fleurs artificielles. Mme Hérard se fournissait pour chaque type d’articles chez plusieurs fabricants en même temps, faisant sans doute jouer la concurrence. On voit ainsi se dessiner des réseaux commerciaux et on découvre à côté des grands fabricants, des professionnels de moindre envergure jusque-là inconnus, qui précisent le paysage de la statuaire religieuse à la fin du XIXe siècle.

Les fournisseurs de Mme Hérard

Les fabricants de statues religieuses

Bien entendu, si mon attention s’est portée sur Mme Hérard, c’est qu’elle a travaillé avec la maison Raffl. Les documents la concernant s’échelonnent de 1877 à 1899.

En-tête d’une lettre de la maison Raffl à Mme Hérard. © P.Carminati

Mme Hérard commanda également des statues à d’autres fabricants, pour la plupart implantés dans l’Est comme les maisons Moynet à Vendeuvre-sur-Barse, Pierson à Vaucouleurs, Champigneulle à Bar-le-Duc, ou, moins connu, Paul Brutschi, statuaire à Ribeauvillé.

En-tête d’une facture de Paul Brutschi. © P.Carminati

Un éditeur de sculptures établi à Aix-la-Chapelle, Giovanni Franchi, figure également parmi les fournisseurs de la commerçante entre 1891 et 1899.

En-tête d’une lettre de Giovanni Franchi. © P.Carminati

Les ornements liturgiques

Pour les commandes d’ornements liturgiques et de bannières, Mme Hérard s’adressait à deux entreprises lyonnaises spécialisées dans les « dorures », c’est-à-dire les textiles tissés avec des fils métalliques.

La première est la maison “Gros & Cie” (dont la raison sociale devient ensuite “Gros, Perrin & Vallet”), établie 2 rue d’Algérie et 1 quai de la Pêcherie. La seconde est la maison concurrente “Escoffier & Cie”, 6 rue d’Algérie. 

En-tête d’une facture de la maison Gros & Cie à Lyon. © P.Carminati

Des échantillons et des dessins accompagnent ces correspondances et donnent plus de corps aux échanges. Ils documentent les étapes des commandes, les différents modèles de tissus proposés à tel moment, et finalement nuancent le caractère sériel de ce type de production en mettant en évidence la place laissée au choix de la clientèle (ici via le revendeur).

Échantillons de tissus et dessins de modèles envoyés par la maison Gros. © T.Mansy

Les fleurs artificielles

La troisième catégorie de fournisseurs est celle des fabricants de fleurs artificielles. D’après son en-tête, Mme Hérard dirigeait une “fabrique de fleurs pour église” et ses commandes laissent supposer qu’elle devait assembler (ou faire assembler) les fleurs qu’elle achetait par “grosses” (douze douzaines) pour composer bouquets, guirlandes et couronnes.

Deux fabricants apparaissent dans ses archives : une entreprise française, la maison parisienne “Mendel, Demonchy & Richez Frères”, qui devint ensuite “Roquencourt & Cie”, et une entreprise allemande, la maison Wilhelm Daumiller à Karlsruhe.

En-tête d’une lettre de la maison Mendel, Demonchy & Richez Frères. © P.Carminati

Là encore, certains échantillons envoyés à Mme Hérard sont conservés avec les lettres, notamment différents modèles de feuilles de vigne.

Échantillons de feuilles de vigne accompagnant la correspondance de la maison Daumiller. © T.Mansy

 

Cet ensemble d’archives, bien qu’il ait été morcelé et dispersé, donne néanmoins un aperçu concret d’une partie du monde des objets du catholicisme au XIXe siècle, pris ici dans leur contexte de commercialisation et de circulation, dans ce moment intermédiaire entre la fabrication et l’utilisation effective, et il met en lumière l’intérêt de la figure du marchand d’ornements d’église pour l’étude de l’art religieux du XIXe siècle, au centre d’un réseau de professionnels aux profils variés, de la petite entreprise à la diffusion locale au grand fabricant renommé exportant dans le monde entier.

 

Citer ce billet : Pauline Carminati, « Les archives d’un marchand d’ornements d’église », Raffl & Cie [en ligne], 30/06/2020. URL : https://raffl.hypotheses.org/1356, consulté le 25/06/2022.