Flaubert, Pie IX et l’Immaculée Conception

Dans le prolongement de mes précédentes recherches autour de Notre-Dame de Lourdes et de la Médaille miraculeuse, ce billet présente une enquête en cours sur une autre iconographie mariale du XIXe siècle : la Vierge de Rome.

Un foisonnement iconographique

Quiconque feuillette les catalogues commerciaux de fabricants de statues religieuses peut constater que l’Immaculée Conception a été représentée au cours du XIXe siècle sous de multiples formes : les bras ouverts ou les mains jointes, écrasant un serpent sous son pied ou non, avec ou sans l’Enfant Jésus, etc.

Différents modèles d’Immaculée Conception dans un catalogue commercial ©P.Carminati

 

Ces différents types iconographiques respectaient des schémas précis et renvoyaient à un ensemble de références. Celles-ci sont bien souvent oubliées aujourd’hui, pourtant elles sont essentielles pour comprendre l’art religieux du XIXe siècle, son contexte de création, ses sources visuelles et spirituelles.

J’avais évoqué cette question à travers l’exemple de la Médaille miraculeuse, une iconographie relativement bien identifiée mais qui ouvrait sur d’autres représentations “alternatives” de l’Immaculée Conception, beaucoup moins connues que l’image mariale de la médaille. Parmi elles se trouvait l’iconographie de la “Vierge de Rome”, dénomination que l’on retrouve fréquemment dans les catalogues commerciaux d’éditeurs d’art religieux.

La “belle image” de Pie IX

En réalité, plusieurs représentations différentes ont été désignées sous ce nom. Mais la plus fréquente et celle qui m’intéresse ici figure la Vierge Marie debout sur un globe surmonté d’un croissant de lune, un pied sur le serpent, la tête auréolée d’étoiles et les mains jointes.

Cette iconographie fait référence à une image offerte par le pape Pie IX lors de la proclamation du dogme de l’Immaculée Conception, le 8 décembre 1854 à Rome.

Cette représentation est identifiée grâce aux “copies” gravées et sculptées qui ont été diffusées par les éditeurs d’images et de statues religieuses, comme par exemple cette estampe du libraire-éditeur Camus publiée en 1855 qui porte l’inscription “Immaculée Conception de la B.V.M. Reproduction exacte de l’image offerte par Pie IX aux Évêques réunis pour la solennité du 8 Décembre 1854.”

Estampe éditée par Camus en 1855 © BnF

 

La plupart de ces images et statues portent la date du 8 décembre 1854, rappelant qu’elles commémorent la définition du dogme de l’Immaculée Conception, même si elles ont parfois été éditées beaucoup plus tard.

“Immaculée Conception 8 Xbre 1854”, carte éditée par Bouasse-Lebel, sd (2e moitié du XIXe siècle).

 

Dans son ouvrage Iconographie de l’Immaculée Conception de la Très-Sainte Vierge Marie ou De la meilleure manière de représenter ce mystère paru en 1856, Mgr Malou, évêque de Bruges, rapporte que l’image de Pie IX aurait été gravée “d’après un dessin nouveau” :

Aujourd’hui encore l’Église encourage les essais des artistes chrétiens qui s’efforcent d’exprimer en dessins et en tableaux les croyances des fidèles, et notre saint-père le Pape, Pie IX, n’a pas dédaigné de faire graver, d’après un dessin nouveau, la belle image de l’Immaculée Conception de la Sainte-Vierge qu’il a offerte aux évêques réunis à Rome le jour où ce grand mystère a été placé au rang des dogmes chrétiens.

Le vinaigre de toilette de Flaubert

Si je connais plusieurs de ses “copies” réalisées par les éditeurs, en revanche je n’ai toujours pas réussi à identifier l’image originale offerte par le pape.

Les versions des éditeurs concordent suffisamment pour donner une idée assez précise de la représentation-source, mais reste l’importante question du support. La plupart des sources écrites, comme ici le texte de Mgr Malou, utilisent le terme générique d’ “image” sans préciser quel était son support. Le terme “graver” orienterait vers une estampe mais il pourrait aussi bien s’appliquer à l’art de la médaille. Or, un autre document semble conforter cette seconde possibilité.

C’est par hasard, en relisant les “Vieux papiers achetés au poids” réunis par Flaubert pour composer le second volume de son roman Bouvard et Pécuchet, que je suis tombée sur cette réclame pour un “vinaigre de toilette” :

VINAIGRE DE TOILETTE DE L’IMMACULÉE CONCEPTION

VENTE : RUE DU HAVRE

A L’EXPOSITION

Au Kiosque, près la Porte François 1er

NOTA. – A chaque flacon est attachée une médaille d’argent à l’effigie de l’Immaculée Conception telle que la fit frapper le Saint-Père, et qu’il offrit aux Cardinaux et Évêques venus de tous les coins du monde et présents à l’auguste cérémonie de la promulgation du décret, le 8 décembre 1854, jour à jamais mémorable.

Chaque personne qui achète un flacon a également droit à une brochure donnant l’historique du dogme.

PRIX DU FLACON : 1 FR. 50.

Havre. – Imprimerie Carpentier et Cie (Courrier du Havre), rue Beauverger, 2.

La mention de l’exposition universelle et du kiosque “porte François 1er” situerait cette réclame en 1855, donc dans le sillage immédiat de la promulgation.

Cette source est plutôt incongrue et sa fiabilité n’est pas certaine. Mais sa précision rend l’information tout à fait crédible. Ainsi, l’image transmise par Pie IX au évêques et cardinaux réunis à Rome était peut-être une médaille, ce qui viendrait renforcer l’hypothèse d’une image “concurrente” de la fameuse Médaille miraculeuse de la rue du Bac.

J’ai retrouvé sur internet l’exemplaire d’une médaille dont les détails coïncident avec les versions gravées et sculptées que je connais, et qui pourrait peut-être correspondre à celle du pape, à moins qu’il ne s’agisse là encore d’une “copie” de l’image originale sous forme de médaille…

Médaille représentant Pie IX et l’Immaculée Conception (source de l’image).

 

Citer ce billet : Pauline Carminati, « Flaubert, Pie IX et l’Immaculée Conception », Raffl & Cie [en ligne], 02/06/2020. URL : https://raffl.hypotheses.org/1332, consulté le 25/06/2022.