Notre-Dame du Salve

Un témoignage du goût pour la statuaire médiévale au XIXe siècle

Une restauration récente me donne l’occasion de vous présenter aujourd’hui une facette méconnue de la sculpture religieuse d’édition au XIXe siècle : les reproductions d’œuvres médiévales.

La statue que j’ai restaurée est une Vierge à l’Enfant qui a été classée au titre des Monuments Historiques en 1976 comme étant en pierre calcaire et du XIVe siècle. Il s’agit en réalité d’un moulage en plâtre datant probablement de la seconde moitié du XIXe siècle ou du début du XXe, ce qui n’en diminue pas l’intérêt historique, au contraire, car il constitue un témoignage du goût pour la statuaire du Moyen Âge au XIXe siècle et de son influence sur le répertoire des éditeurs de sculptures religieuses.

 

Fiche de la base Palissy du Ministère de la Culture.

Cette statue a la particularité de représenter Eve croquant la pomme sous les pieds de Marie et c’est cette caractéristique qui m’a permis par hasard, au cours d’une autre recherche, d’identifier l’œuvre à partir de laquelle a été réalisé ce moulage. Il s’agit d’une statue en marbre du XIVe siècle conservée aujourd’hui dans l’église Saint-Laud d’Angers et connue sous le nom de Notre-Dame du Salve. A partir de cette information, j’ai tenté de retracer son histoire matérielle au cours du XIXe siècle et ainsi poser quelques jalons de son histoire éditoriale.

 

Notre-Dame du Salve, église Saint-Laud, Angers.

L’histoire matérielle de Notre-Dame du Salve

La belle statue en marbre blanc, qui date de la fin du XIIIe, […] est vulgarisée dans le commerce, grâce à un moulage, sous le nom de Vierge de Saint-Laud, parce qu’elle est conservée dans cette église paroissiale. Anciennement, on l’appelait Notre-Dame du Salve, en raison d’une fondation du Salve Regina qui devait se chanter en son honneur.

Mgr Barbier de Montault, Revue de l’Art chrétien, 1896.

Les sources consultées concordent pour affirmer que la statue en marbre actuellement conservée dans l’église Saint-Laud à Angers provient de l’ancienne église Saint-Germain-en-Saint-Laud. A la Révolution, l’église est détruite et la statue mutilée est récupérée par un particulier. Sans doute faut-il voir une référence à cette œuvre dans la mention de “la Vierge de Saint-Laud” relevée dans le catalogue de l’exposition de la Société d’Agriculture, Sciences et Arts d’Angers en 1842 :

La précision sur les parties restaurées correspond bien à Notre-Dame du Salve, de même que l’appellation “Vierge de Saint-Laud” si l’on en croit Mgr Barbier de Montault. Franceschi étant vraisemblablement mouleur, il aurait donc pu en diffuser des reproductions dès les années 1840. En 1857, l’abbé Auber nous indique que la statue en marbre est alors conservée par “un détenteur qui l’apprécie” (M. de Baracé?) et que des épreuves en ont été tirées. Une gravure montre la statue effectivement complète, avec tête de l’Enfant et main droite portant un sceptre :

Notre-Dame du Salve en 1857.

D’autres moulages auraient également été réalisés en 1859 à la demande de la Commission archéologique du Maine-et-Loire. En 1896, Mgr Barbier de Montault confirme que des reproductions sont commercialisées par les éditeurs de sculptures.

C’est en 1887 que la statue en marbre finit par rejoindre la nouvelle église Saint-Laud à Angers, consacrée en 18761. Aujourd’hui, on peut constater que la Vierge ne tient plus à sa main droite un sceptre, comme sur la gravure de 1857, mais un petit bouquet de fleurs et que la tête de l’Enfant Jésus est sensiblement différente. L’étude des moulages de Notre-Dame du Salve que j’ai recensés semble confirmer que les anciennes restitutions de la main droite de la Vierge et de la tête de l’enfant effectuées probablement vers 1839 et représentées sur la gravure en 1857 ont été modifiées depuis (en 1887?).

Des versions différentes

D’autres exemplaires du moulage que j’ai restauré sont en effet répertoriés en France, par exemple dans l’église Sainte-Radegonde à Poitiers2, dans l’église paroissiale de Corseul dans les Côtes d’Armor3 ou encore celle de Montfort-en-Chalosse, dans les Landes4. Tous présentent un décor différent, généralement polychrome.

 

A gauche, la statue de Montfort-en-Chalosse, à droite celle de Corseul.

Si la statue que j’ai restaurée ne peut servir de comparaison car la tête de l’Enfant Jésus n’est pas d’origine et a été maladroitement remodelée lors d’une précédente intervention, on peut remarquer que les autres exemplaires présentent des différences avec la sculpture originale en marbre au niveau de la tête de l’Enfant, mais aussi de l’attribut porté à la main droite par Marie. Les deux têtes d’enfant des exemplaires de Montfort-en-Chalosse et Corseul sont identiques (quoique peintes différemment) et correspondent peut-être à l’état antérieur de la statue en marbre dont témoigne la gravure de 1857. De même, la main et le sceptre de la statue de Montfort-en-Chalosse sont très proches de la gravure, tandis que celle de Corseul est trop altérée à cet endroit pour juger (la croix n’étant peut-être pas d’origine).

La restauration du moulage de Notre-Dame du Salve

L’objectif de mon intervention sur le moulage de Notre-Dame du Salve, défini par le propriétaire (ici la commune) et la Conservation régionale des Monuments Historiques, n’était pas de retirer la grossière restauration antérieure pour reconstituer la tête de l’Enfant Jésus, mais de nettoyer la sculpture, très encrassée et couverte d’un vernis jauni, et d’intégrer les lacunes de la peinture blanche et de la dorure.

 

La statue avant et après restauration.
Détail en cours de nettoyage.

Si cette restauration n’avait en soi rien d’exceptionnel, elle m’a permis de découvrir un modèle de sculpture médiévale qui a été édité au XIXe siècle et que je ne connaissais pas. De même, si l’exemplaire que j’ai restauré peut paraître à première vue de faible intérêt, il est pourtant un exemple peu répandu dans les églises de moulage de sculpture médiévale et témoigne du goût pour le Moyen Âge du curé qui l’a acquis, tout comme d’autres pièces du mobilier de l’église qui sont de style néogothique.

La sculpture en place dans l’église : un moulage de sculpture médiévale sur un autel néogothique ou le retour du Moyen Âge au XIXe siècle.
Citer ce billet : Pauline Carminati, « Notre-Dame du Salve », Raffl & Cie [en ligne], 17/09/2019. URL : https://raffl.hypotheses.org/1122, consulté le 17/10/2019.
  1. https://stlaud.diocese49.org/histoire-de-la-paroisse-saint-laud-d-angers []
  2. http://vdujardin.com/blog/article-vierge-a-l-enfant-a-poitiers-et-a-parthenay-111231801/ []
  3. http://patrimoine.bzh/gertrude-diffusion/dossier/presentation-du-mobilier-de-l-eglise-saint-pierre-corseul/7b5eccce-ad58-42ca-8085-ee3189b6b40d []
  4. http://dossiers-inventaire.aquitaine.fr/dossier/bdc433f6-17c4-4d21-921e-8d77f6aaa3bf []