Arthur Pierron, statuaire à Nancy

L’article qui suit a été rédigé par M. Pierre Demenois. Je remercie vivement celui-ci d’avoir accepté de partager sur ce carnet le résultat de ses recherches sur le sculpteur Arthur Pierron.


 

Signature d’Arthur Pierron.

Xavier Arthur PIERRON (1841-1906), statuaire à Nancy

Nous allons essayer ici de dresser une petite notice historique concernant un statuaire de Nancy, qui n’a sauf erreur de notre part, fait l’objet d’aucune étude particulière. Mlle Marie-France Jacops, ancien conservateur du patrimoine, avait commencé à rassembler divers éléments le concernant, en particulier une ébauche de recensement de son œuvre. Nous ne disposons a priori d’aucun catalogue commercial de sa production. De tels documents concernant les divers fabricants de statues de séries semblent très rarement conservés. La Bibliothèque diocésaine de Nancy, en aurait vu passer un exemplaire, sans avoir pu toutefois le retrouver.

Naissance et famille

Xavier Arthur Pierron est né à Laxou (54) le 29 juillet 1841, fils de Joseph Pierron, âgé de trente cinq ans lors de la naissance de l’enfant et d’Henriette Croué son épouse âgée de vingt sept ans1. Les parents sont domiciliés à Laxou. Le père y est vigneron.

L’acte de naissance d’Arthur Pierron en 1841.

Comment le jeune homme en vient-il à exercer le métier de statuaire ? Rien pour le moment ne permet de le savoir. Il ne semble pas exister dans sa parenté de sculpteurs ou tailleurs de pierres2. La famille Pierron paraît implantée à Laxou depuis plusieurs générations.

En tous cas, lors de son premier mariage en 1872, Arthur est qualifié de statuaire. Le 1er mai 1872, il épouse à Flavigny-sur-Moselle, Marie Joséphine Thérèse Hortense Jacquinet. Le futur marié est âgé de trente-et-un ans, domicilié avec sa mère à Laxou. Son père y est prédécédé le 22 septembre 1858. La future a vingt-trois ans et demeure à Flavigny avec sa mère. Son père est également prédécédé. Un contrat de mariage a été reçu par Me Goury notaire à Nancy le 30 avril 1872. Les témoins sont la plupart apparentés à l’époux et tous qualifiés de propriétaires.

Ces liens avec la paroisse de Flavigny expliquent la présence dans cette église de nombreuses statues signées par Pierron. A-t-il voulu honorer particulièrement l’église où il s’est marié ? A moins que ce ne soit à l’occasion de la pose desdites statues, que le statuaire ait rencontré sa future épouse ?

Devenu veuf, Arthur Pierron épouse en secondes noces en 1894, Marie-Philomène Vuillaume, institutrice à Vaux en Seine-et-Oise3. A cette date il est qualifié de statuaire, 12 quai de la bataille à Nancy. Une insertion légale dans l’Est Républicain du 9 avril 1896, nous informe que le département a acquis d’Arthur Pierron et de son épouse diverses parcelles de terres, aux termes d’un acte reçu par Me Houot notaire à Nancy le 31 janvier 1896.

Quelques exemples de réalisations

Sa production est assez considérable. Il serait intéressant d’effectuer un inventaire précis des œuvres du sculpteur. Nous ne relevons ici que quelques exemples.

Deux sculptures d’Arthur Pierron au style bien reconnaissable : à gauche, Immaculée Conception (Laxou), à droite, Sainte Barbe (Houdemont).

A Royaumeix, le chemin de croix posé en 1889 est de sa main4.

Avec Ernest Bussières et Vallin, il confectionne la statuaire de l’ancienne église Saint-Pierre de Nancy, intégrée en 1885 au Séminaire5 (peut-être le chemin de croix). Malheureusement spoliée en 1905, la chapelle est désaffectée. “Le mobilier de cette église, racheté par le Séminaire à la Séparation, a été transporté en partie à Bosserville6”.

D’autres églises contiennent des œuvres de Pierron, comme par exemple celle de Laxou avec plusieurs statues et un chemin de croix monumental, ou encore celle d’Haroué avec deux statues sur les autels7. On peut citer également le chemin de croix de l’église Saint-Georges de Nancy.

Une station du chemin de croix de l’église de Laxou, réalisé par Pierron.

Mentions dans la presse locale

Un article élogieux paraît dans la Lorraine artiste du 20 septembre 18918. Nous y apprenons la réalisation de certaines œuvres par Pierron et des traits de son caractère, en particulier sa modestie :

La Lorraine artiste, 20 septembre 1891.

Nous savons que Pierron collabore cette année-là avec deux jeunes artistes à la réalisation d’une statue équestre du maréchal de Turenne destinée à orner la cour de la caserne de Nancy du 37e RI9. L’un des deux auteurs a été élève de Pierron. C’est dans les ateliers de ce dernier qu’est fabriquée l’œuvre d’art.

L’Est Républicain du 17 septembre 1891 évoque le projet de déplacement de la statue ancienne de Saint Nicolas présente sous le porche de la basilique, pour la remplacer par une copie “que pourrait exécuter M. Arthur Pierron l’habile restaurateur de tant d’objets d’art de notre Lorraine”.

Nous savons qu’Arthur Pierron contribue à une souscription pour élever un buste en l’honneur de Pierre Gringoire à Pont-A-Mousson, à hauteur de 3 Frs10.

Nous apprenons par le numéro de l’Est Républicain du 30 juin 1897 qu’à l’occasion de la canonisation de Saint Pierre Fourrier, le sculpteur vient “d’exécuter une statue du saint qui restera le modèle du genre”.

Décès et vente aux enchères de son atelier

Relativement jeune, Arthur Pierron décède le 10 mars 1906 laissant sa veuve seule héritière, à défaut d’enfant. Son faire-part de décès paraît dans le journal local le 12 mars11 :

L’Est républicain, 12 mars 1906.

Nous apprenons également que le 5 avril suivant, au greffe du tribunal civil de Nancy, la veuve accepte la succession de son défunt mari, sous bénéfice d’inventaire, ce qui laisse supposer que le passif risque de dépasser l’actif. Le 16 octobre suivant la propriété du défunt comprenant son logement et son atelier, le tout sis à Nancy 12 quai de la Bataille, est vendue. Le procès-verbal d’adjudication est dressé par Me Larmoyer alors notaire à Nancy, à Antoine Hammer et Marie Meyer son épouse moyennant la somme de trente mille Francs. Une surenchère du sixième a été formée par Marc Albert Maljean qui habite 16 quai de la Bataille. Aussi paraît une insertion légale pour informer de cette surenchère, dans l’Est Républicain du 4 novembre 1906. Ce document est intéressant car il donne un descriptif sommaire de la propriété du statuaire.

L’Est républicain, 4 novembre 1906.

Le 3 décembre suivant a lieu la vente aux enchères du fonds d’atelier d’Arthur Pierron12. Il reste quatre vingt statues mais surtout mille huit cents moules. Il aurait été intéressant de connaître le devenir de ces moules, pour savoir dans quelles conditions ils ont continué ou non, à être utilisés.

L’Est républicain, 29 novembre 1906.

Hommage posthume

La revue L’Immeuble et la Construction dans l’Est publie un article d’Emile Badel en hommage au défunt le 18 mars 1906. L’auteur souligne à nouveau les traits de caractère du sculpteur :

Arthur Pierron, dans son privé, était l’homme le plus doux, le plus pacifique et le plus timide que l’on puisse rencontrer. On a dit qu’il manquait de caractère, parce qu’il cédait trop facilement aux exigences de sa clientèle. Non ! Sa condescendance était simplement une marque de sa grande charité… mais s’il répugnait à la contradiction, il savait mettre toute son ardeur et tout son talent dans ses belles œuvres religieuses.

Pietà, église de Villers-les-Nancy.

Il ne reste a priori aucun vestige de la propriété du sculpteur, au 12 quai de la Bataille. De même, nous n’avons pas retrouvé sa tombe au cimetière de Laxou. Subsistent toutefois de nombreuses sculptures en Lorraine et ailleurs. Ces quelques lignes sur cet artiste nancéien, ne sont que l’ébauche d’une étude qui mériterait d’être approfondie.

En guise de conclusion, nous renvoyons à l’hommage d’Emile Badel précité, duquel est extrait ce qui suit :

Soit qu’il ciselât le marbre, la pierre ou le bois, soit qu’il maniât et modelât avec habileté la terre ou le plâtre, Arthur Pierron ne voyait rien au-dessus de ses efforts et de son rude labeur. Créer une statue, un chemin de croix, un bas-relief était pour lui comme une action sacrée, comme un ministère sacerdotal. Il s’y préparait par de longs travaux d’érudition, recherchant les types de la tradition, s’entourant de nombreux documents, jamais satisfait et toujours épris d’un idéal supérieur et d’une beauté surhumaine.

Abbé Pierre Demenois,

juillet 2017.

Pour citer ce billet : Pierre Demenois, “Xavier Arthur Pierron (1841-1906), statuaire à Nancy”, Raffl & Cie [en ligne], publié le 11/11/2019. URL : https://raffl.hypotheses.org/1056

  1. Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, 5mi 302/R3. []
  2. Nous rappelons qu’il n’y a apparemment aucun lien de parenté entre Xavier Arthur Pierron et les propriétaires de la Maison Pierron et Hozé de Nancy, qui commercialisent également dans la même période des articles religieux et de la statuaire. Le site geneanet.org indique que Joseph Marie Hozé (1852-1931) épouse Marguerite Eugénie Pierron (1860-1936), fille de Pierre Auguste Pierron (négociant 112 rue St Dizier à Nancy) et d’Elizabeth Clémence Thomas. []
  3. Cette information nous est donnée par L’Est Républicain du 30 octobre 1894 qui publie les bans. []
  4. Site de la mairie de Royaumeix : http://www.royaumeix.mairie54.fr/fr/l-eglise.html. Consulté le 29 avril 2017. []
  5. L’Immeuble et la Construction dans l’Est, 17 janvier 1926. []
  6. L’Immeuble et la Construction dans l’Est, 29 janvier 1922. Nous voyons en effet sur une ancienne carte postale, le chemin de croix de la chapelle du Séminaire, œuvre probable de Pierron, dans la chapelle de la Chartreuse. De nos jours, celle-ci est toujours affectée au culte, mais le chemin de croix a disparu. []
  7. L’immeuble et la construction dans l’Est, 1er mars 1896 []
  8. La Lorraine artiste, 20 septembre 1891. []
  9. L’Est Républicain, 23 juin 1891. Le 4 octobre 1891, La Lorraine artiste revient sur cette statue à l’occasion d’un article sur ce sujet. []
  10. L’Est Républicain du 6 janvier 1892 en rend compte. []
  11. L’Est Républicain du 12 mars 1906. []
  12. L’Est républicain des 29 novembre et 2 décembre 1906. []