L’iconographie mariale de la médaille miraculeuse

J’ai le plaisir d’annoncer la parution des actes du colloque international Imágenes, devociones y prácticas religiosas. La Europa del Sur (1800-1960) qui s’était tenu à Valladolid les 14 et 15 septembre 2017. Vous y trouverez notamment ma contribution (en français), intitulée “Regards sur l’iconographie mariale au XIXe siècle : la Vierge de la médaille miraculeuse”.

La Vierge Marie ouvrant ses bras, debout sur un globe et écrasant un serpent sous son pied : c’est la représentation bien connue de la “médaille miraculeuse”, ainsi dénommée en raison des nombreux phénomènes jugés miraculeux qui accompagnèrent sa diffusion à partir de 1832. Retour en quelques mots sur sa genèse.

Tout commence en 1830, dans la chapelle du couvent des Filles de la Charité, rue du Bac à Paris, lorsqu’une religieuse, Catherine Labouré, confie à son confesseur que la Vierge lui est apparue et lui a transmis une demande bien précise.

L’apparition de la Vierge à Catherine Labouré, d’après le tableau peint par Lecerf en 1835.

Le confesseur, Jean-Marie Aladel, rapporte :

« Vers la fin de l’année 1830, une personne me fit part d’une vision qu’elle eut, me dit-elle, dans l’oraison. Elle avait vu, comme en tableau, la sainte Vierge telle qu’elle est représentée d’ordinaire sous le titre d’Immaculée Conception, en pied et tendant les bras ; il sortait de ses mains des rayons d’un brillant qui la ravissait, et elle entendit ces paroles : Ces rayons sont le symbole des grâces qu’elle obtient aux hommes. Autour de cette image, elle lisait en caractères d’or cette petite invocation : O Marie, conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous. Lorsqu’elle eut considéré ce tableau quelques momens, il se retourna, et au revers elle vit la lettre M surmontée d’une croix, et au-dessous les SS. CC. de Jésus et de Marie. Alors la voix se fit entendre de nouveau et lui dit : Il faut faire frapper une médaille sur ce modèle, et les personnes qui la porteront indulgenciée, et feront avec piété cette petite prière, jouiront d’une protection toute spéciale de la Mère de Dieu. »

Les deux faces de la médaille miraculeuse.

La médaille, sur laquelle sont transcrits ces différents éléments ainsi que la date de la vision, est frappée en juin 1832 par le bijoutier parisien Vachette. Elle est dans un premier temps donnée par Aladel aux Filles de la Charité qui la transmettent à leurs malades, alors que le choléra fait rage dans Paris. Guérisons et conversions se multiplient dans son sillage. Les 1500 premiers exemplaires de la médaille sont rapidement écoulés, Vachette puis d’autres bijoutiers en éditent de nouvelles ; dès 1834 on lui donne le nom de « médaille miraculeuse ».

Durant les années qui suivent, la médaille se vend par millions dans toute la catholicité, et avec elle se propage l’iconographie de la Vierge sans l’Enfant Jésus, debout sur un globe, les bras ouverts, des rayons s’échappant de ses mains. La dévotion à l’Immaculée Conception, en plein essor en France en ces années 1830, se diffuse à travers cette iconographie qui s’impose pour représenter ce mystère défini comme dogme de foi vingt ans plus tard, le 8 décembre 1854.

L’Immaculée Conception, éd. Pellerin, Épinal.

Si on lit souvent que l’iconographie de la médaille s’inspire de la sculpture réalisée par Edme Bouchardon en 1735 pour l’église Saint-Sulpice à Paris1, d’autres œuvres plus anciennes représentent la Vierge dans une posture comparable, par exemple la sculpture en marbre du sanctuaire de Savona, dite Notre-Dame de la Miséricorde, qui date du XVIe siècle2.

Notre-Dame de la Miséricorde, Savona.

La grande diffusion de l’image mariale de la médaille miraculeuse n’a pas manqué de susciter des réactions critiques. Ce sont ces différentes formes de contestation, directes ou indirectes, qui font l’objet de ma contribution dans les actes du colloque de Valladolid.

 

Citer ce billet : Pauline Carminati, « L’iconographie mariale de la médaille miraculeuse », Raffl & Cie [en ligne], 04/06/2019. URL : https://raffl.hypotheses.org/1018, consulté le 25/06/2022.

 

  1. Par exemple dans l’article de Joyce C. Polistena, “The Image of Mary of the Miraculous Medal: A Valiant Woman”, Nineteenth-Century Art Worldwide 11, no. 2 (Summer 2012), http://www.19thc-artworldwide.org/summer12/joyce-polistena-the-image-of-mary-of-the-miraculous-medal. []
  2. A ce sujet voir l’ouvrage d’Hans Körner, professeur d’histoire de l’art à l’université Heinrich Heine de Düsseldorf : Die falschen Bilder. Marienerscheinungen im französischen 19. Jahrhundert und ihre Repräsentationen. []