Les mouleurs italiens en France au tournant du XIXe siècle

Je signale la parution de mon article “Du colportage au musée du Louvre. Les mouleurs italiens en France au tournant du XIXe siècle”, dans le numéro thématique “Métiers d’art itinérants. Artisans en migration” de la revue Diasporas (en ligne ici). Cet article propose une synthèse des différentes modalités de l’exercice du moulage par les Italiens en France au début de leur émigration. L’histoire des mouleurs et du moulage est en effet très importante pour comprendre l’avènement de la statuaire religieuse d’édition.

Si mon article s’intéresse à la période qui va de la fin du XVIIIe siècle aux années 1830 environ, le moulage est évidemment une pratique bien plus ancienne, qui remonte à l’Antiquité. La production en série de statuettes religieuses au moyen de moules est elle aussi bien antérieure au XIXe siècle. Dès le Moyen Âge, des petites figurines en plâtre ou en terre cuite étaient ainsi fabriquées sur certains sites de pèlerinage.

Plus tard, les mouleurs italiens se sont fait une spécialité de ces statuettes de dévotion en plâtre qu’ils venaient vendre en France de manière saisonnière et itinérante. Ces artisans étaient connus au tournant du XIXe siècle sous le nom de santibelli car ils colportaient leur marchandise en criant “santi, santi, santi belli belli!”. Le peintre Hippolyte Bellangé a représenté l’un de ces jeunes colporteurs en 1833 dans un tableau aujourd’hui conservé au MUCEM :

Hippolyte Bellangé, Le marchand de plâtres ambulant, 1833.
Citer ce billet : Pauline Carminati, « Les mouleurs italiens en France au tournant du XIXe siècle », Raffl & Cie [en ligne], 17/06/2019. URL : https://raffl.hypotheses.org/1009, consulté le 25/06/2022.