Froc-Robert

Mon dernier article intitulé « Froc-Robert, fabricant de statues religieuses et de mobilier d’église à Paris, 38, rue Bonaparte (1855-1903) » vient de paraître dans le numéro 20 des Documents d’histoire parisienne. Il retrace l’historique de cette célèbre entreprise active dans la seconde moitié du XIXe siècle.

La façade du 38 rue Bonaparte en 1867 (source : Gallica)

La maison connue sous le nom de Froc-Robert a été fondée en 1855 par Claude François Besand, architecte jurassien1. Installée dans un premier temps au 41 rue Bonaparte, à Paris, elle fut ensuite transférée au numéro 38 de la même rue, où elle demeura jusqu’en 1903, date à laquelle elle cessa son activité.

En 1862, Besand revendit son fonds de commerce à Louis Désiré Froc, dit “Froc-Robert”. Celui-ci développa l’entreprise et établit une succursale à Beauvais en 1866. Il y fit construire un four pour la fabrication de statues religieuses en terre cuite.

Les ateliers de Beauvais en 1867 (source : Gallica)

La maison Froc-Robert acquit une grande réputation et fut l’un des principaux concurrents de la maison Raffl. Cependant, les lois anticléricales qui se succédèrent au tournant du XXe siècle portèrent un coup fatal à l’entreprise, lui faisant perdre une grande partie de sa clientèle. Elle fut alors contrainte de mettre la clé sous la porte.

Citer ce billet : Pauline Carminati, « Froc-Robert », Raffl & Cie [en ligne], 26/01/2019. URL : https://raffl.hypotheses.org/1001, consulté le 25/06/2022.

  1. Sur Besand, voir l’article de Vincent Claustre : “De l’architecture au commerce de statuaire religieuse, le parcours insolite de Claude François Besand (1795-1877)”, Travaux de la Société d’émulation du Jura, 2017. []