Archives par étiquette : statues religieuses

Colloque « Images, dévotions et pratiques religieuses. Europe du Sud (1800-1960) »

14 et 15 septembre 2017 – VALLADOLID Museo Nacional de Escultura (Espagne)

Présentation des organisateurs :

Ce colloque voudrait analyser les modalités de diffusion des images de dévotion à l’aune de l’évolution des pratiques religieuses en Europe des 19e et 20e siècles. La rencontre réunit les principaux spécialistes européens autour de diverses thématiques, comme l’essor des pèlerinages, la production industrielle des images pieuses et leur circulation dans les classes populaires, le développement par l’Église de nouveaux cultes, la confrontation entre modernité laïque et dévotions et rites traditionnels ou le vandalisme iconoclaste.

Continuer la lecture

Répertoire Notre-Dame de Lourdes_3

Suite du répertoire des modèles de statues de Notre-Dame de Lourdes

Modèle édité par la maison Raffl (Paris). Ce modèle ne figure pas dans les catalogues commerciaux du fabricant et cet exemplaire (signé) est pour le moment le seul que je connaisse : s’agirait-il d’un exemplaire unique réalisé sur commande? Il se distingue notamment par : – la ceinture aux pans tombant verticalement ; – le col de la robe finement plissé ; – le demi-globe ; – pied gauche en arrière. (photo : © Région PACA-Inventaire général- F. Baussan)

Continuer la lecture

Sainte Catherine de Sienne par Lin Gualino

J’ai découvert dernièrement cette statue religieuse en plâtre assez inhabituelle, posée dans le coin d’une église entre une Vierge de Pitié et un Enfant Jésus de Prague tout à fait « saint-sulpiciens ». Elle est signée Gualino : sans doute Lin Gualino, un sculpteur actif dans la première moitié du XXe siècle.

Continuer la lecture

Publication : Lourdes et la statuaire de série

Vierge couronnée

Notre-Dame de Lourdes, dite « Vierge couronnée », par Josef-Ignaz Raffl, fonte de fer polychromée, esplanade du sanctuaire de Lourdes, 1876 (photographiée ici vers 1900).

Mon article intitulé « L’industrie au service de la Vierge : Lourdes et la statuaire de série » vient de paraître dans la Revue d’histoire de l’Église de France. Cette étude de cas présente les conditions d’élaboration, de production en série et de diffusion de la représentation sculptée de Notre-Dame de Lourdes. J’ai cherché en particulier à restituer le contexte dans lequel Josef-Ignaz Raffl a créé son propre modèle et l’a diffusé, avec le soutien des responsables du sanctuaire de Lourdes.

Au-delà du cas particulier de Raffl, cet article aborde la question fondamentale des variantes, sur laquelle je reviendrai plus en détail. On réduit en effet souvent les sculptures religieuses de série à des « copies », terme qui n’est pas approprié et qui engendre des malentendus. Les statues dites saint-sulpiciennes de Notre-Dame de Lourdes ne sont pas des copies de l’œuvre de Joseph Fabisch placée dans la grotte, mais des variantes. De cette nuance dépend la reconnaissance de l’inventivité des fabricants et leur identité.

En complément de cet article, je vous invite à consulter mon répertoire des modèles de statues de Notre-Dame de Lourdes, en cours d’élaboration sur ce site.

Citer ce billet : Pauline Carminati, "Publication : Lourdes et la statuaire de série", Raffl & Cie [en ligne], 14/03/2017. Lien : http://raffl.hypotheses.org/470, consulté le 27/07/2017.

Restauration d’un Sacré-Cœur RAFFL

La polychromie fine et délicate des sculptures de la maison Raffl a parfois tendance à s’écailler lorsqu’elle est posée sur le plâtre. C’était le cas par exemple de ce Sacré-Cœur conservé dans une petite église de campagne. Cette sculpture est encore placée à l’endroit pour lequel elle a été achetée : un autel latéral du XVIIIe siècle qui a été transformé au XIXe siècle pour être dédié au Sacré-Cœur de Jésus.

capture3

Continuer la lecture

Répertoire Notre-Dame de Lourdes : Froc-Robert et Cachal-Froc

La découverte d’un catalogue de la maison Froc-Robert m’a permis récemment d’identifier l’un des modèles de mon répertoire :

ndl-froc-robert  capture-decran-2016-09-25-a-10-18-25

Ce modèle, qui se distingue par la ceinture droite, les mains écartées se joignant par l’extrémité des doigts, le pli arrondi au bas de la robe et le voile couvrant aux plis droits, est très proche du modèle Cachal-Froc :

ndl-cachal-froc1

Cette grande ressemblance n’est peut-être pas sans rapport avec le fait que Cachal-Froc, avant de s’établir à son compte, a débuté comme ouvrier dans la maison Froc-Robert…

Citer ce billet : Pauline Carminati, "Répertoire Notre-Dame de Lourdes : Froc-Robert et Cachal-Froc", Raffl & Cie [en ligne], 26/12/2016. Lien : http://raffl.hypotheses.org/646, consulté le 27/07/2017.

Publication : la maison Raffl, 1796-1956

dhp2016

Mon article intitulé « Documents pour l’histoire d’une entreprise parisienne de sculpture religieuse : la maison Raffl, 1796-1956 » vient de paraître dans le numéro 18 des Documents d’histoire parisienne. Ce texte présente le bilan de mes premières recherches consacrées à l’établissement d’une chronologie précise de l’entreprise, appuyée sur un corpus d’archives inédites.

Avec cet article, j’ai souhaité proposer un outil permettant d’affiner la datation des statues portant l’une des nombreuses signatures de la maison Raffl, et, plus largement, poser les premiers jalons d’une étude des transferts de modèles entre les fonds des fabricants. Car il ne faut pas oublier que les modèles des statues ont connu une longue vie et qu’ils ont pu appartenir successivement à différents propriétaires. C’est pourquoi deux exemplaires d’un même modèle peuvent présenter des signatures différentes. À travers l’histoire des entreprises, il s’agit donc de retracer celle des modèles.

Cette parution est l’occasion pour moi de présenter une revue peu connue du grand public : les Documents d’histoire parisienne. Centrée, comme son nom l’indique, sur l’histoire de Paris, elle rassemble des études touchant tant à l’histoire qu’à l’histoire de l’art, et couvrant toutes les périodes. Sa grande originalité par rapport aux autres revues scientifiques est la place accordée au document – archive ou document figuré – qui forme le cœur des articles. De nombreuses sources inédites sont retranscrites intégralement et ainsi mises à disposition d’autres chercheurs.

Citer ce billet : Pauline Carminati, "Publication : la maison Raffl, 1796-1956", Raffl & Cie [en ligne], 26/12/2016. Lien : http://raffl.hypotheses.org/467, consulté le 27/07/2017.

Répertoire Notre-Dame de Lourdes_2

Suite du répertoire des modèles de statues de Notre-Dame de Lourdes

ndl-champigneulle

Modèle édité par Champigneulle (Bar-le-Duc). Caractérisé principalement par :  – le nœud à la ceinture ; – les deux pans peu écartés ; – pied gauche en arrière.

Continuer la lecture

Répertoire Notre-Dame de Lourdes_1

ndl-fabisch-1864

La première représentation sculptée de Notre-Dame de Lourdes à avoir pris place sur le lieu même du sanctuaire est la sculpture en marbre créée en 1864 par Joseph Fabisch pour la grotte. Je la cite ici en guise d’introduction à mon répertoire, uniquement pour son antériorité, car cette sculpture n’a pas fait l’objet d’une édition à grande échelle ; seules quelques réductions en ont été tirées1.

Continuer la lecture

  1. Pour plus de détails, voir mon article « L’industrie au service de la Vierge. Lourdes et la statuaire de série » à paraître dans la Revue d’histoire de l’Église de France. []

Projet de catalogue en ligne des modèles de statues de Notre-Dame de Lourdes

capture-decran-2016-09-25-a-19-14-18

En complément de mon article sur Notre-Dame de Lourdes, à paraître dans la Revue d’histoire de l’Église de France, j’inaugure dans ce carnet un répertoire des modèles1 de statues représentant « la belle dame » qui apparut à Bernadette Soubirous en 1858.

Face à l’ampleur de cette production, ce catalogue ne peut prétendre à l’exhaustivité ; il se veut avant tout un reflet de la diversité des modèles créés par les fabricants. La juxtaposition permet de mettre en évidence les différents choix de représentation, les parentés et les divergences entre les modèles. Elle peut apporter ainsi un éclairage nouveau sur les processus de création propres à la sculpture religieuse de série.

L’identification d’un modèle de statue de Notre-Dame de Lourdes nécessite une observation attentive de ses caractéristiques distinctives : la position des jambes, celle des pans de la ceinture, la forme et la place du chapelet, mais aussi l’inclinaison de la tête ou le style des drapés sont les repères les plus utiles. Les variations d’éclairage, de dimensions, de polychromie, aussi bien que les légères modifications des modèles opérées par les fabricants eux-mêmes au cours du temps, peuvent être trompeuses. Elles donnent parfois l’impression d’une différence de modèles là où il n’y a en fait qu’une différence d’exemplaires.

Pour le moment, aucun classement n’est envisagé et les notices se succèderont dans l’ordre antéchronologique de leur mise en ligne, mais j’espère que le développement du carnet donnera un jour lieu à une véritable base de données.

Ce répertoire est destiné à être enrichi au fur et à mesure de mes découvertes, mais aussi des vôtres : si vous avez une photographie d’un modèle qui n’y figure pas et que vous êtes d’accord pour la partager sur ce carnet, n’hésitez pas à me l’envoyer en précisant le copyright que vous souhaitez voir figurer. Toute information qui pourrait compléter les notices est également la bienvenue. Merci d’avance pour votre participation !

Citer ce billet : Pauline Carminati, "Projet de catalogue en ligne des modèles de statues de Notre-Dame de Lourdes", Raffl & Cie [en ligne], 25/09/2016. Lien : http://raffl.hypotheses.org/490, consulté le 27/07/2017.

  1. Un modèle, dans le domaine de la sculpture religieuse de série, désigne une représentation spécifique destinée à être reproduite en un nombre plus ou moins grand d’exemplaires. Chaque fabricant propose un ou plusieurs modèles d’un même type iconographique, ici Notre-Dame de Lourdes. Le modèle se distingue de l’exemplaire, qui en constitue la reproduction. []

La statue de Notre-Dame de Tilly

La commune de Tilly-sur-Seulles, dans le Calvados, a été entre 1896 et 1899 un lieu d’apparitions de la Vierge. Mais contrairement à La Salette, Lourdes ou Pontmain par exemple, celles-ci n’ont jamais été reconnues officiellement par l’Eglise.

Tout commence le 18 mars 1896 lorsque « vers 4 heures de l’après-midi, une Vierge, rayonnante de clarté, dans l’attitude de l’Immaculée Conception, apparut tout-à-coup, dans les airs. (…) Elle est vêtue d’une robe blanche, que serre à la taille une large ceinture blanche (ou d’un bleu si pâle qu’il paraît blanc par le rayonnement), nouée par devant, et dont les extrémités retombent librement. Un voile enveloppe sa tête, mais en laissant le front à découvert et descend tout le long du corps, dans un gracieux plissement, laissant les bras libres depuis les coudes. Un nuage lumineux et teinté du rose adouci de l’aurore, l’entoure et s’étend sous ses pieds. » Marie Martel, l’une des voyantes, dit avoir vu également « des roses d’or sur ses pieds nus »1 .

Rapidement « les foules commencèrent d’affluer » et une petite chapelle en bois est construite sur le lieu des apparitions. Une statue y est installée et bénite par le curé de Tilly le 15 août 1896. L’évêque de Bayeux n’ouvre pas d’enquête pour authentifier les apparitions mais il ne s’oppose pas à ces manifestations de dévotion.

chapelle Tilly jour de pèlerinage       ND de Tilly

Aujourd’hui, la chapelle a été reconstruite mais la statue est encore là, malheureusement défigurée par de nombreux repeints.

ND de Tilly en 2015       n°14

Elle demeure cependant très intéressante à plusieurs points de vue. C’est une statue en plâtre polychromé qui a toutes les caractéristiques de la production sulpicienne, pourtant c’est probablement un modèle unique: conçu pour être édité, il n’a en effet pas pu être commercialisé faute de reconnaissance ecclésiastique. Malgré cette particularité, son iconographie laisse une impression de déjà-vu. Conformément aux descriptions des voyants, elle combine la représentation de l’Immaculée Conception selon le modèle de la médaille miraculeuse (les bras ouverts) avec celle de Notre-Dame de Lourdes (la ceinture, les roses).

Lorsque j’ai examiné la sculpture, je n’ai pas trouvé de signature me permettant d’identifier le fabricant. La statue n’ayant pas été commercialisée, elle ne figure dans aucun catalogue de vente mais en le vérifiant j’ai retrouvé le modèle qui a servi de base à cette nouvelle composition : c’est la Vierge Immaculée n°14 de la maison Raffl. Les deux modèles sont parfaitement identiques, à l’exception de la ceinture, des roses qui remplacent le serpent, et du voile qui ne fait plus qu’un avec le manteau. La Vierge de Tilly semble donc avoir été créée par la maison Raffl en 1896.

Ce procédé technique largement employé par les fabricants de sculptures religieuses a un nom, c’est un marcottage : « opération qui consiste à composer une nouvelle oeuvre sculptée en réutilisant partiellement ou totalement des oeuvres déjà exécutées par l’artiste ».

Citer ce billet : Pauline Carminati, "La statue de Notre-Dame de Tilly", Raffl & Cie [en ligne], 20/02/2016. Lien : http://raffl.hypotheses.org/186, consulté le 27/07/2017.

  1. Citations extraites du Compte-rendu du congrès marial de Fribourg, 1903, texte intégral en ligne https://archive.org/details/compterendu02cong []

Restauration d’un Enfant Jésus

Noël approchant, je présente aujourd’hui la restauration d’un Enfant Jésus de crèche, ici sans son traditionnel berceau de paille.

Les doigts, brisés à plusieurs reprises, avaient fait l’objet de restaurations grossières. Certains étaient en outre manquants. L’intervention a donc consisté principalement en un retrait de ces restaurations et en une restitution des parties manquantes. Les retouches colorées qui intègrent visuellement les restitutions se limitent à la zone restaurée et ne débordent en aucun cas sur la polychromie.

Enfant Jésus, non signé, plâtre peint, L: 45 cm, basilique de Lisieux.

enfant jésus

enfant jésus2

Citer ce billet : Pauline Carminati, "Restauration d’un Enfant Jésus", Raffl & Cie [en ligne], 19/12/2015. Lien : http://raffl.hypotheses.org/138, consulté le 27/07/2017.

Restauration d’une statuette de la Vierge Immaculée

Vierge Immaculée, non signé, plâtre stéariné, H: 32 cm, collection privée.

vierge immaculée_c

P1190977cC

Cette statuette est un exemplaire de production courante, on observe en effet de nombreux petits défauts dans le tirage, en particulier des bulles. De plus, la finition est sommaire : le plâtre était simplement stéariné, c’est-à-dire enduit de stéarine, un corps gras permettant de durcir la surface et pouvant lui donner un aspect satiné évoquant l’ivoire ou l’albâtre.

Longtemps mise de côté, elle était recouverte d’une épaisse couche de crasse, ce qui a eu pour effet notamment d’altérer la patine à la stéarine.

Citer ce billet : Pauline Carminati, "Restauration d’une statuette de la Vierge Immaculée", Raffl & Cie [en ligne], 20/10/2015. Lien : http://raffl.hypotheses.org/114, consulté le 27/07/2017.

Visite à Vendeuvre-sur-Barse

Flyer 1 Circuits

Il y a un mois je rencontrais Alain Chenet et Maurice Bellenoue, respectivement secrétaire et président de l’association ArTho (« L’Argilière du Thoais »), ainsi que Jean-Marie Nicot, descendant de la famille Nicot qui dirigea de 1890 à 1961 la fabrique de sculptures religieuses en terre cuite de Vendeuvre-sur-Barse fondée en 1842 par Léon Moynet. J’ai passé avec eux une journée de visites dans les églises des environs de Vendeuvre, dans le cadre des circuits organisés par l’association à l’occasion des Journées du Patrimoine. L’association ArTho oeuvre à la mise en valeur de l’histoire et de la production de la Manufacture d’Art Chrétien de Vendeuvre-sur-Barse. Elle transmet sa passion et ses connaissances au public notamment lors de circuits de visite comme celui auquel j’ai participé.

J’ai pu découvrir de nombreux exemplaires de statues conservés in situ, dans leur environnement d’origine, et me familiariser ainsi avec les modèles de la « Sainterie ». La production de la manufacture de Vendeuvre est très variée et certains modèles se distinguent par leur qualité et leur originalité. Les polychromies et les dorures sont souvent remarquablement conservées, ce qui est plus rare sur les statues en plâtre fabriquées par les manufactures concurrentes. Les photos ci-dessous présentent deux exemples parmi tant d’autres qui ont retenu mon attention : l’un des retables de l’église de Magny-Fouchard, réalisé par Léon Moynet à ses débuts, et un Ange adorateur à genoux de l’église de Bligny, expressif et émouvant.

Autel_Magny Fouchard      Ange_Bligny

Citer ce billet : Pauline Carminati, "Visite à Vendeuvre-sur-Barse", Raffl & Cie [en ligne], 10/10/2015. Lien : http://raffl.hypotheses.org/78, consulté le 27/07/2017.

Art et industrie

image Thiébault11

On entend souvent parler d’ « industrie » de la statuaire religieuse au XIXe siècle, d’ « art industriel », de « fabrication industrielle ». On s’imaginerait presque que les statues sortent toutes prêtes d’une suite de machines, comme les tourtes dans Chicken Run… Cette vision quelque peu « steampunk » mérite cependant d’être précisée.

Le mot industrie est largement employé au XIXe siècle en association avec la reproduction à grande échelle de sculptures. La « réunion de l’art et de l’industrie » est d’ailleurs un lieu commun de l’époque. Mais le sens de ce terme a évolué et son emploi aujourd’hui peut prêter à confusion. On lit ainsi dans la définition du CNRTL  :

« Il est quelquefois difficile de décider si industrie désigne le stade manufacturier du développement industriel que l’on peut rapidement caractériser comme étant fondé sur la division du travail à l’intérieur de l’atelier et sur l’utilisation de l’outil manuel comme moyen de travail, ou le stade faisant suite à la révolution industrielle où la production recourt à la machine. »  (http://www.cnrtl.fr/definition/industrie)

La fabrication des statues religieuses relève de la manufacture. Elle est au XIXe siècle « industrielle » en ce qu’elle est tournée vers la production en série. Mais en aucun cas, elle n’est mécanisée, exception faite du malaxage de l’argile, assuré à la fin du siècle par une machine à vapeur.

Citer ce billet : Pauline Carminati, "Art et industrie", Raffl & Cie [en ligne], 04/10/2015. Lien : http://raffl.hypotheses.org/71, consulté le 27/07/2017.