Archives par étiquette : Raffl

Répertoire Notre-Dame de Lourdes_3

Suite du répertoire des modèles de statues de Notre-Dame de Lourdes

Modèle édité par la maison Raffl (Paris). Ce modèle ne figure pas dans les catalogues commerciaux du fabricant et cet exemplaire (signé) est pour le moment le seul que je connaisse : s’agirait-il d’un exemplaire unique réalisé sur commande? Il se distingue notamment par : – la ceinture aux pans tombant verticalement ; – le col de la robe finement plissé ; – le demi-globe ; – pied gauche en arrière. (photo : © Région PACA-Inventaire général- F. Baussan)

Continuer la lecture

Publication : Lourdes et la statuaire de série

Vierge couronnée

Notre-Dame de Lourdes, dite « Vierge couronnée », par Josef-Ignaz Raffl, fonte de fer polychromée, esplanade du sanctuaire de Lourdes, 1876 (photographiée ici vers 1900).

Mon article intitulé « L’industrie au service de la Vierge : Lourdes et la statuaire de série » vient de paraître dans la Revue d’histoire de l’Église de France. Cette étude de cas présente les conditions d’élaboration, de production en série et de diffusion de la représentation sculptée de Notre-Dame de Lourdes. J’ai cherché en particulier à restituer le contexte dans lequel Josef-Ignaz Raffl a créé son propre modèle et l’a diffusé, avec le soutien des responsables du sanctuaire de Lourdes.

Au-delà du cas particulier de Raffl, cet article aborde la question fondamentale des variantes, sur laquelle je reviendrai plus en détail. On réduit en effet souvent les sculptures religieuses de série à des « copies », terme qui n’est pas approprié et qui engendre des malentendus. Les statues dites saint-sulpiciennes de Notre-Dame de Lourdes ne sont pas des copies de l’œuvre de Joseph Fabisch placée dans la grotte, mais des variantes. De cette nuance dépend la reconnaissance de l’inventivité des fabricants et leur identité.

En complément de cet article, je vous invite à consulter mon répertoire des modèles de statues de Notre-Dame de Lourdes, en cours d’élaboration sur ce site.

Citer ce billet : Pauline Carminati, "Publication : Lourdes et la statuaire de série", Raffl & Cie [en ligne], 14/03/2017. Lien : http://raffl.hypotheses.org/470, consulté le 27/07/2017.

Restauration d’un Sacré-Cœur RAFFL

La polychromie fine et délicate des sculptures de la maison Raffl a parfois tendance à s’écailler lorsqu’elle est posée sur le plâtre. C’était le cas par exemple de ce Sacré-Cœur conservé dans une petite église de campagne. Cette sculpture est encore placée à l’endroit pour lequel elle a été achetée : un autel latéral du XVIIIe siècle qui a été transformé au XIXe siècle pour être dédié au Sacré-Cœur de Jésus.

capture3

Continuer la lecture

Publication : la maison Raffl, 1796-1956

dhp2016

Mon article intitulé « Documents pour l’histoire d’une entreprise parisienne de sculpture religieuse : la maison Raffl, 1796-1956 » vient de paraître dans le numéro 18 des Documents d’histoire parisienne. Ce texte présente le bilan de mes premières recherches consacrées à l’établissement d’une chronologie précise de l’entreprise, appuyée sur un corpus d’archives inédites.

Avec cet article, j’ai souhaité proposer un outil permettant d’affiner la datation des statues portant l’une des nombreuses signatures de la maison Raffl, et, plus largement, poser les premiers jalons d’une étude des transferts de modèles entre les fonds des fabricants. Car il ne faut pas oublier que les modèles des statues ont connu une longue vie et qu’ils ont pu appartenir successivement à différents propriétaires. C’est pourquoi deux exemplaires d’un même modèle peuvent présenter des signatures différentes. À travers l’histoire des entreprises, il s’agit donc de retracer celle des modèles.

Cette parution est l’occasion pour moi de présenter une revue peu connue du grand public : les Documents d’histoire parisienne. Centrée, comme son nom l’indique, sur l’histoire de Paris, elle rassemble des études touchant tant à l’histoire qu’à l’histoire de l’art, et couvrant toutes les périodes. Sa grande originalité par rapport aux autres revues scientifiques est la place accordée au document – archive ou document figuré – qui forme le cœur des articles. De nombreuses sources inédites sont retranscrites intégralement et ainsi mises à disposition d’autres chercheurs.

Citer ce billet : Pauline Carminati, "Publication : la maison Raffl, 1796-1956", Raffl & Cie [en ligne], 26/12/2016. Lien : http://raffl.hypotheses.org/467, consulté le 27/07/2017.

Répertoire Notre-Dame de Lourdes_1

ndl-fabisch-1864

La première représentation sculptée de Notre-Dame de Lourdes à avoir pris place sur le lieu même du sanctuaire est la sculpture en marbre créée en 1864 par Joseph Fabisch pour la grotte. Je la cite ici en guise d’introduction à mon répertoire, uniquement pour son antériorité, car cette sculpture n’a pas fait l’objet d’une édition à grande échelle ; seules quelques réductions en ont été tirées1.

Continuer la lecture

  1. Pour plus de détails, voir mon article « L’industrie au service de la Vierge. Lourdes et la statuaire de série » à paraître dans la Revue d’histoire de l’Église de France. []

La statue de Notre-Dame de Tilly

La commune de Tilly-sur-Seulles, dans le Calvados, a été entre 1896 et 1899 un lieu d’apparitions de la Vierge. Mais contrairement à La Salette, Lourdes ou Pontmain par exemple, celles-ci n’ont jamais été reconnues officiellement par l’Eglise.

Tout commence le 18 mars 1896 lorsque « vers 4 heures de l’après-midi, une Vierge, rayonnante de clarté, dans l’attitude de l’Immaculée Conception, apparut tout-à-coup, dans les airs. (…) Elle est vêtue d’une robe blanche, que serre à la taille une large ceinture blanche (ou d’un bleu si pâle qu’il paraît blanc par le rayonnement), nouée par devant, et dont les extrémités retombent librement. Un voile enveloppe sa tête, mais en laissant le front à découvert et descend tout le long du corps, dans un gracieux plissement, laissant les bras libres depuis les coudes. Un nuage lumineux et teinté du rose adouci de l’aurore, l’entoure et s’étend sous ses pieds. » Marie Martel, l’une des voyantes, dit avoir vu également « des roses d’or sur ses pieds nus »1 .

Rapidement « les foules commencèrent d’affluer » et une petite chapelle en bois est construite sur le lieu des apparitions. Une statue y est installée et bénite par le curé de Tilly le 15 août 1896. L’évêque de Bayeux n’ouvre pas d’enquête pour authentifier les apparitions mais il ne s’oppose pas à ces manifestations de dévotion.

chapelle Tilly jour de pèlerinage       ND de Tilly

Aujourd’hui, la chapelle a été reconstruite mais la statue est encore là, malheureusement défigurée par de nombreux repeints.

ND de Tilly en 2015       n°14

Elle demeure cependant très intéressante à plusieurs points de vue. C’est une statue en plâtre polychromé qui a toutes les caractéristiques de la production sulpicienne, pourtant c’est probablement un modèle unique: conçu pour être édité, il n’a en effet pas pu être commercialisé faute de reconnaissance ecclésiastique. Malgré cette particularité, son iconographie laisse une impression de déjà-vu. Conformément aux descriptions des voyants, elle combine la représentation de l’Immaculée Conception selon le modèle de la médaille miraculeuse (les bras ouverts) avec celle de Notre-Dame de Lourdes (la ceinture, les roses).

Lorsque j’ai examiné la sculpture, je n’ai pas trouvé de signature me permettant d’identifier le fabricant. La statue n’ayant pas été commercialisée, elle ne figure dans aucun catalogue de vente mais en le vérifiant j’ai retrouvé le modèle qui a servi de base à cette nouvelle composition : c’est la Vierge Immaculée n°14 de la maison Raffl. Les deux modèles sont parfaitement identiques, à l’exception de la ceinture, des roses qui remplacent le serpent, et du voile qui ne fait plus qu’un avec le manteau. La Vierge de Tilly semble donc avoir été créée par la maison Raffl en 1896.

Ce procédé technique largement employé par les fabricants de sculptures religieuses a un nom, c’est un marcottage : « opération qui consiste à composer une nouvelle oeuvre sculptée en réutilisant partiellement ou totalement des oeuvres déjà exécutées par l’artiste ».

Citer ce billet : Pauline Carminati, "La statue de Notre-Dame de Tilly", Raffl & Cie [en ligne], 20/02/2016. Lien : http://raffl.hypotheses.org/186, consulté le 27/07/2017.

  1. Citations extraites du Compte-rendu du congrès marial de Fribourg, 1903, texte intégral en ligne https://archive.org/details/compterendu02cong []

À la recherche de catalogues commerciaux

catalogues copie

Raffl, Delin, Froc-Robert, Casciani, Solon, Cachal-Froc… ces noms qui aujourd’hui ne disent plus rien sont ceux de fabricants très connus de la seconde moitié du XIXe siècle. Spécialisés dans le mobilier religieux, ils proposaient une large gamme d’articles : statues, autels, chemins de croix, crèches, consoles, piédestaux, etc. La vente se faisait notamment par catalogues, illustrés d’abord avec des gravures puis des photographies. Ces documents sont rares dans les bibliothèques publiques, je suis donc à la recherche d’archives privées. Merci à tous ceux qui pourront m’aider !

Citer ce billet : Pauline Carminati, "À la recherche de catalogues commerciaux", Raffl & Cie [en ligne], 03/10/2015. Lien : http://raffl.hypotheses.org/43, consulté le 27/07/2017.