Archives par étiquette : pèlerinage

Un motif paysager récurrent : les statues de Vierges colossales sur promontoire rocheux

Murat (Cantal). Phot. Jean-Michel Périn © Région Auvergne-Rhône-Alpes, IGPC, 2015.

Je signale ce très bel article de Bénédicte RENAUD-MORAND, Conservatrice en chef du patrimoine au Service de l’Inventaire général du patrimoine culturel, Région Auvergne-Rhône-Alpes. Il est consultable en ligne à l’adresse suivante : http://inventaire-rra.hypotheses.org/4174.

Colloque « Images, dévotions et pratiques religieuses. Europe du Sud (1800-1960) »

14 et 15 septembre 2017 – VALLADOLID Museo Nacional de Escultura (Espagne)

Présentation des organisateurs :

Ce colloque voudrait analyser les modalités de diffusion des images de dévotion à l’aune de l’évolution des pratiques religieuses en Europe des 19e et 20e siècles. La rencontre réunit les principaux spécialistes européens autour de diverses thématiques, comme l’essor des pèlerinages, la production industrielle des images pieuses et leur circulation dans les classes populaires, le développement par l’Église de nouveaux cultes, la confrontation entre modernité laïque et dévotions et rites traditionnels ou le vandalisme iconoclaste.

Continuer la lecture

Répertoire Notre-Dame de Lourdes_1

ndl-fabisch-1864

La première représentation sculptée de Notre-Dame de Lourdes à avoir pris place sur le lieu même du sanctuaire est la sculpture en marbre créée en 1864 par Joseph Fabisch pour la grotte. Je la cite ici en guise d’introduction à mon répertoire, uniquement pour son antériorité, car cette sculpture n’a pas fait l’objet d’une édition à grande échelle ; seules quelques réductions en ont été tirées1.

Continuer la lecture

  1. Pour plus de détails, voir mon article « L’industrie au service de la Vierge. Lourdes et la statuaire de série » à paraître dans la Revue d’histoire de l’Église de France. []

La statue de Notre-Dame de Tilly

La commune de Tilly-sur-Seulles, dans le Calvados, a été entre 1896 et 1899 un lieu d’apparitions de la Vierge. Mais contrairement à La Salette, Lourdes ou Pontmain par exemple, celles-ci n’ont jamais été reconnues officiellement par l’Eglise.

Tout commence le 18 mars 1896 lorsque « vers 4 heures de l’après-midi, une Vierge, rayonnante de clarté, dans l’attitude de l’Immaculée Conception, apparut tout-à-coup, dans les airs. (…) Elle est vêtue d’une robe blanche, que serre à la taille une large ceinture blanche (ou d’un bleu si pâle qu’il paraît blanc par le rayonnement), nouée par devant, et dont les extrémités retombent librement. Un voile enveloppe sa tête, mais en laissant le front à découvert et descend tout le long du corps, dans un gracieux plissement, laissant les bras libres depuis les coudes. Un nuage lumineux et teinté du rose adouci de l’aurore, l’entoure et s’étend sous ses pieds. » Marie Martel, l’une des voyantes, dit avoir vu également « des roses d’or sur ses pieds nus »1 .

Rapidement « les foules commencèrent d’affluer » et une petite chapelle en bois est construite sur le lieu des apparitions. Une statue y est installée et bénite par le curé de Tilly le 15 août 1896. L’évêque de Bayeux n’ouvre pas d’enquête pour authentifier les apparitions mais il ne s’oppose pas à ces manifestations de dévotion.

chapelle Tilly jour de pèlerinage       ND de Tilly

Aujourd’hui, la chapelle a été reconstruite mais la statue est encore là, malheureusement défigurée par de nombreux repeints.

ND de Tilly en 2015       n°14

Elle demeure cependant très intéressante à plusieurs points de vue. C’est une statue en plâtre polychromé qui a toutes les caractéristiques de la production sulpicienne, pourtant c’est probablement un modèle unique: conçu pour être édité, il n’a en effet pas pu être commercialisé faute de reconnaissance ecclésiastique. Malgré cette particularité, son iconographie laisse une impression de déjà-vu. Conformément aux descriptions des voyants, elle combine la représentation de l’Immaculée Conception selon le modèle de la médaille miraculeuse (les bras ouverts) avec celle de Notre-Dame de Lourdes (la ceinture, les roses).

Lorsque j’ai examiné la sculpture, je n’ai pas trouvé de signature me permettant d’identifier le fabricant. La statue n’ayant pas été commercialisée, elle ne figure dans aucun catalogue de vente mais en le vérifiant j’ai retrouvé le modèle qui a servi de base à cette nouvelle composition : c’est la Vierge Immaculée n°14 de la maison Raffl. Les deux modèles sont parfaitement identiques, à l’exception de la ceinture, des roses qui remplacent le serpent, et du voile qui ne fait plus qu’un avec le manteau. La Vierge de Tilly semble donc avoir été créée par la maison Raffl en 1896.

Ce procédé technique largement employé par les fabricants de sculptures religieuses a un nom, c’est un marcottage : « opération qui consiste à composer une nouvelle oeuvre sculptée en réutilisant partiellement ou totalement des oeuvres déjà exécutées par l’artiste ».

Citer ce billet : Pauline Carminati, « La statue de Notre-Dame de Tilly », Raffl & Cie [en ligne], 20/02/2016. URL : http://raffl.hypotheses.org/186, consulté le 21/09/2017.

  1. Citations extraites du Compte-rendu du congrès marial de Fribourg, 1903, texte intégral en ligne https://archive.org/details/compterendu02cong []