Restauration

capture-decran-2017-01-02-a-19-14-07

Diplômée d’un Master « Conservation-restauration des œuvres sculptées », je suis spécialisée dans la restauration des sculptures religieuses de série des XIXe et XXe siècles (les sculptures dites « saint-sulpiciennes »). Je travaille pour les musées, les collectivités, les associations, les congrégations religieuses et les particuliers.

Étudier et restaurer : deux activités complémentaires

La restauration des sculptures saint-sulpiciennes nécessite une connaissance approfondie des matériaux qui les constituent et des techniques employées pour leur fabrication. Ces matériaux et ces techniques sont très variés ; toutes les statues ne sont pas en plâtre comme on le croit souvent. Au contraire, de nombreuses recherches ont été effectuées tout au long du XIXe siècle pour élaborer de nouveaux matériaux et perfectionner les différentes techniques mises en œuvre à chaque étape de fabrication.

Cette connaissance de l’histoire des techniques permet notamment de comprendre l’origine et la nature des altérations spécifiques à ces objets, et de choisir en conséquence des traitements adaptés.

La restauration d’une statue apporte à son tour de nombreuses informations, tant technologiques qu’historiques, et elle donne toujours un éclairage nouveau à un savoir théorique. Elle est souvent l’occasion d’identifier le fabricant ou d’affiner la datation. Une relation étroite unit donc mon travail de thèse et ma pratique professionnelle. Les deux se complètent, s’enrichissent mutuellement, et trouveront leur place dans ce blog.

Restaurer les sculptures saint-sulpiciennes

Les interventions les plus courantes sont le nettoyage, le refixage de la polychromie lorsque celle-ci s’écaille ou est pulvérulente, les collages et autres consolidations structurelles, le traitement des armatures qui peuvent parfois être rouillées, la restitution des manques de matière et les retouches colorées. Il peut aussi être envisagé de retirer d’anciennes restaurations maladroites et inesthétiques, ou préjudiciables à la conservation de l’œuvre.

De nombreuses statues saint-sulpiciennes présentent encore leur polychromie d’origine, c’est une chance ! Même altérée, il faut tenter de la conserver par des méthodes respectueuses et éviter de la recouvrir par d’autres couches de peinture qui la dévaloriseront considérablement. Non seulement les techniques de polychromie du XIXe siècle étaient particulièrement perfectionnées et ne peuvent pas être reproduites à l’identique aujourd’hui, mais surtout, contrairement à un repeint, un nettoyage mesuré et des retouches ponctuelles limitées aux lacunes permettront de mettre en valeur la fine polychromie veloutée si caractéristique de ces sculptures.

Exemples de restaurations : cliquer ici