Archives de catégorie : Publications

Lourdes et la statuaire de série

Vierge couronnée

Notre-Dame de Lourdes, dite « Vierge couronnée », par Josef-Ignaz Raffl, fonte de fer polychromée, esplanade du sanctuaire de Lourdes, 1876 (photographiée ici vers 1900).

Mon article intitulé « L’industrie au service de la Vierge : Lourdes et la statuaire de série » vient de paraître dans la Revue d’histoire de l’Église de France. Cette étude de cas présente les conditions d’élaboration, de production en série et de diffusion de la représentation sculptée de Notre-Dame de Lourdes. J’ai cherché en particulier à restituer le contexte dans lequel Josef-Ignaz Raffl a créé son propre modèle et l’a diffusé, avec le soutien des responsables du sanctuaire de Lourdes.

Au-delà du cas particulier de Raffl, cet article aborde la question fondamentale des variantes, sur laquelle je reviendrai plus en détail. On réduit en effet souvent les sculptures religieuses de série à des « copies », terme qui n’est pas approprié et qui engendre des malentendus. Les statues dites saint-sulpiciennes de Notre-Dame de Lourdes ne sont pas des copies de l’œuvre de Joseph Fabisch placée dans la grotte, mais des variantes. De cette nuance dépend la reconnaissance de l’inventivité des fabricants et leur identité.

En complément de cet article, je vous invite à consulter mon répertoire des modèles de statues de Notre-Dame de Lourdes, en cours d’élaboration sur ce site.

Citer ce billet : Pauline Carminati, « Lourdes et la statuaire de série », Raffl & Cie [en ligne], 14/03/2017. URL : http://raffl.hypotheses.org/470, consulté le 23/11/2017.

La maison Raffl, 1796-1956

dhp2016

Mon article intitulé « Documents pour l’histoire d’une entreprise parisienne de sculpture religieuse : la maison Raffl, 1796-1956 » vient de paraître dans le numéro 18 des Documents d’histoire parisienne. Ce texte présente le bilan de mes premières recherches consacrées à l’établissement d’une chronologie précise de l’entreprise, appuyée sur un corpus d’archives inédites.

Avec cet article, j’ai souhaité proposer un outil permettant d’affiner la datation des statues portant l’une des nombreuses signatures de la maison Raffl, et, plus largement, poser les premiers jalons d’une étude des transferts de modèles entre les fonds des fabricants. Car il ne faut pas oublier que les modèles des statues ont connu une longue vie et qu’ils ont pu appartenir successivement à différents propriétaires. C’est pourquoi deux exemplaires d’un même modèle peuvent présenter des signatures différentes. À travers l’histoire des entreprises, il s’agit donc de retracer celle des modèles.

Cette parution est l’occasion pour moi de présenter une revue peu connue du grand public : les Documents d’histoire parisienne. Centrée, comme son nom l’indique, sur l’histoire de Paris, elle rassemble des études touchant tant à l’histoire qu’à l’histoire de l’art, et couvrant toutes les périodes. Sa grande originalité par rapport aux autres revues scientifiques est la place accordée au document – archive ou document figuré – qui forme le cœur des articles. De nombreuses sources inédites sont retranscrites intégralement et ainsi mises à disposition d’autres chercheurs.

Citer ce billet : Pauline Carminati, « La maison Raffl, 1796-1956 », Raffl & Cie [en ligne], 26/12/2016. URL : http://raffl.hypotheses.org/467, consulté le 23/11/2017.