Archives de catégorie : Choix des mots

Publication : Lourdes et la statuaire de série

Vierge couronnée

Notre-Dame de Lourdes, dite « Vierge couronnée », par Josef-Ignaz Raffl, fonte de fer polychromée, esplanade du sanctuaire de Lourdes, 1876 (photographiée ici vers 1900).

Mon article intitulé « L’industrie au service de la Vierge : Lourdes et la statuaire de série » vient de paraître dans la Revue d’histoire de l’Église de France. Cette étude de cas présente les conditions d’élaboration, de production en série et de diffusion de la représentation sculptée de Notre-Dame de Lourdes. J’ai cherché en particulier à restituer le contexte dans lequel Josef-Ignaz Raffl a créé son propre modèle et l’a diffusé, avec le soutien des responsables du sanctuaire de Lourdes.

Au-delà du cas particulier de Raffl, cet article aborde la question fondamentale des variantes, sur laquelle je reviendrai plus en détail. On réduit en effet souvent les sculptures religieuses de série à des « copies », terme qui n’est pas approprié et qui engendre des malentendus. Les statues dites saint-sulpiciennes de Notre-Dame de Lourdes ne sont pas des copies de l’œuvre de Joseph Fabisch placée dans la grotte, mais des variantes. De cette nuance dépend la reconnaissance de l’inventivité des fabricants et leur identité.

En complément de cet article, je vous invite à consulter mon répertoire des modèles de statues de Notre-Dame de Lourdes, en cours d’élaboration sur ce site.

Citer ce billet : Pauline Carminati, "Publication : Lourdes et la statuaire de série", Raffl & Cie [en ligne], 14/03/2017. Lien : http://raffl.hypotheses.org/470, consulté le 27/07/2017.

Art et industrie

image Thiébault11

On entend souvent parler d’ « industrie » de la statuaire religieuse au XIXe siècle, d’ « art industriel », de « fabrication industrielle ». On s’imaginerait presque que les statues sortent toutes prêtes d’une suite de machines, comme les tourtes dans Chicken Run… Cette vision quelque peu « steampunk » mérite cependant d’être précisée.

Le mot industrie est largement employé au XIXe siècle en association avec la reproduction à grande échelle de sculptures. La « réunion de l’art et de l’industrie » est d’ailleurs un lieu commun de l’époque. Mais le sens de ce terme a évolué et son emploi aujourd’hui peut prêter à confusion. On lit ainsi dans la définition du CNRTL  :

« Il est quelquefois difficile de décider si industrie désigne le stade manufacturier du développement industriel que l’on peut rapidement caractériser comme étant fondé sur la division du travail à l’intérieur de l’atelier et sur l’utilisation de l’outil manuel comme moyen de travail, ou le stade faisant suite à la révolution industrielle où la production recourt à la machine. »  (http://www.cnrtl.fr/definition/industrie)

La fabrication des statues religieuses relève de la manufacture. Elle est au XIXe siècle « industrielle » en ce qu’elle est tournée vers la production en série. Mais en aucun cas, elle n’est mécanisée, exception faite du malaxage de l’argile, assuré à la fin du siècle par une machine à vapeur.

Citer ce billet : Pauline Carminati, "Art et industrie", Raffl & Cie [en ligne], 04/10/2015. Lien : http://raffl.hypotheses.org/71, consulté le 27/07/2017.