Restauration d’un Sacré-Cœur RAFFL

La polychromie fine et délicate des sculptures de la maison Raffl a parfois tendance à s’écailler lorsqu’elle est posée sur le plâtre. C’était le cas par exemple de ce Sacré-Cœur conservé dans une petite église de campagne. Cette sculpture est encore placée à l’endroit pour lequel elle a été achetée : un autel latéral du XVIIIe siècle qui a été transformé au XIXe siècle pour être dédié au Sacré-Cœur de Jésus.

capture3

Lors de la restauration, j’ai pu identifier le fabricant et dater cet exemplaire. La sculpture porte en effet une signature sur sa base : « RAFFL et Cie PARIS ». Cette information permet de situer les travaux de remaniement de l’autel dans la décennie 1870, ils s’inscrivent de ce fait dans le vaste mouvement de prière adressée au Sacré-Cœur pour la « régénération religieuse et morale de la Patrie », qui fait suite aux événements de 1870-1871 et s’est concrétisé par exemple dans le projet du Vœu national.

signature

La restauration proprement dite a consisté en un refixage de la polychromie, un nettoyage, un traitement des armatures métalliques, et en retouches colorées au niveau des nombreuses lacunes qui perturbaient notamment la lisibilité du visage du Christ :

restauration

restau2

Citer ce billet : Pauline Carminati, "Restauration d’un Sacré-Cœur RAFFL", Raffl & Cie [en ligne], 01/02/2017. Lien : http://raffl.hypotheses.org/673, consulté le 27/07/2017.